Immobilier : l'activité explose en Belgique

19/01/12 à 11:40 - Mise à jour à 11:40

Source: Trends-Tendances

Les notaires belges se frottent les mains : leur "indice de l'activité immobilière" a été de 106,4 au dernier trimestre de l'année passée, en progression de 12,2 % par rapport au trimestre précédent. Les résultats de leur dernière enquête en détail... avec les prix moyens des maisons et appartements les plus récents.

Immobilier : l'activité explose en Belgique

© Thinkstock

L'indice de l'activité immobilière a été de 106,4 au quatrième trimestre de 2011, en progression de 12,2 % par rapport au trimestre précédent, indique la Fédération royale du notariat belge jeudi. Comparé au quatrième trimestre de 2010, cet indice affiche une augmentation de 5,4 %, "ce qui est encore plus significatif étant donné l'excellent niveau d'activité enregistré fin 2010".

Les mois d'octobre et de novembre se sont avérés très prospères pour les acteurs de l'immobilier, avec une activité supérieure de respectivement 6 % et 12,7 % par rapport à 2010. "Le mois de novembre a battu tous les records d'activité depuis la création de notre indice et a permis de contrebalancer le recul de 4,4 % connu en décembre, par rapport à décembre 2010", se réjouit la fédération notariale.

Sur l'ensemble de l'année 2011, le niveau d'activité est également supérieur à celui de 2010 avec une progression de 2,9 % et un indice moyen de 101,5, contre 98,6 en 2010.

Les taux d'intérêt hypothécaire, quant à eux, diminuent fortement depuis septembre dernier et sont à nouveau passés sous la barre des 4 % pour un taux fixe de plus de 10 ans (source BNB), indique la FRNB. En novembre 2011, ce taux était de 3,72 %, contre 4,13 % en juillet dernier. "Il s'agit, comme en 2010, d'un important soutien pour l'activité immobilière."

Immobilier : l'activité progresse surtout en Flandre... et recule à Bruxelles !

La progression de 5,4 % de l'indice d'activité immobilière au dernier trimestre de 2011, par rapport au même trimestre en 2010, est principa­lement constatée en Région flamande (8,2 %), alors que la Wallonie ne progresse que de 2,2 %. La Région bruxelloise échappe à cette évolution positive en reculant de 1 %, alors qu'elle avait jusqu'à présent connu les plus fortes progressions par rapport à 2010.

"Effectivement, en comparant l'année 2010 à l'année de 2011, nous remarquons que les 2,9 % d'augmentation sont notamment dus à la belle progression de l'activité immobilière à Bruxelles (5,2 %). C'est ensuite la Flandre qui a le mieux évolué avec 3,2 % alors que la Wallonie n'affiche que 1,9 % d'amélioration."

Pour ce qui concerne le bond de 12,2 % enregistré au cours de ce trimestre par rapport au troisième, la hausse est présente dans les trois régions du pays mais dans des proportions différentes : la Flandre progresse de 14,7 %, la Wallonie de 10,1 % et Bruxelles de 3,6 %. "L'indice d'activité immobilière reste réparti à travers les régions proportionnellement à la répartition de la population", note la fédération.

Immobilier : l'activité progresse le moins dans le Brabant wallon et à Bruxelles

En comparaison avec le trimestre précédent, toutes les provinces connaissent une progression assez signifi­cative de leur indice d'activité. Seuls le Brabant wallon, Bruxelles et le Hainaut affichent un taux d'évolution inférieur à 10 % avec respectivement 3,5 %, 3,6 % et 6,9 %.

Par rapport au dernier trimestre de 2010, l'activité progresse dans la majorité des provinces du pays à l'exception du Hainaut (- 1,4 %) et de Bruxelles (- 1 %). Les provinces du nord du pays enregistrent les plus fortes amélio­rations, avec 10,8 % à Anvers et entre 6 % et 10 % pour les autres provinces de Flandre.

Sur l'ensemble de l'année 2011 et par rapport à 2010, toutes les provinces évoluent favorablement, avec 7 % au Limbourg et 5,2 % à Bruxelles en ce qui concerne les plus grands écarts. Le Hainaut connaît la plus faible progression avec 0,3 %.

Droits d'enregistrement : des montants supérieurs à ceux des dernières années

Tout comme au cours des deux premiers trimestres de l'année, les montants des droits d'enregistrement du troisième trimestre 2011 sont supérieurs à ceux connus ces dernières années, notamment avant la crise de 2008. Durant ce trimestre, on note une progression de 5,3 % par rapport au troisième trimestre de 2010 et de 2,8 % par rapport au trimestre précédent. Les chiffres d'octobre et novembre 2011 sont déjà connus et se situent respectivement à 7,6 % et 5,7 % au-dessus des valeurs enregistrées en 2010.

Les droits d'enregistrement de 2011 devraient être de 5 % à 10 % supérieurs à ceux de 2010. "Cette progression est à la fois due au bon niveau de l'activité immobilière, qui a progressé de 2,9 %, mais également à l'évolution des prix moyens des transactions", conclut la FRNB.

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires