Immobilier : Berchem-Sainte-Agathe garde la cote

15/12/10 à 13:43 - Mise à jour à 13:43

Source: Trends-Tendances

Peu connue du grand public, Berchem-Sainte-Agathe jouit d'une situation géographique qui séduit une clientèle venue du Nord. Qui a fait gonfler les prix des rares maisons de rangée mises en vente ces dernières années.

Immobilier : Berchem-Sainte-Agathe garde la cote

© Codic/Cerau

A la sortie de Berchem-Sainte-Agathe, le long de la chaussée de Gand et de la drève de l'Aérodrome, le promoteur Codic a livré l'an dernier deux immeubles de logements - 80 appartements, principalement des deux chambres de 95 m² - commercialisés sur plan et tous vendus avant achèvement des travaux. Ils ont été livrés en deux phases, le tout avant la fin 2009. Une crèche, construite sur le site, a été cédée à la commune à titre de charges d'urbanisme.

Le prix - de 1.450 à 1.650 euros le m² (hors TVA, hors frais, hors parking et cave) - explique le succès de l'opération. Parking compris, les nouveaux propriétaires ont ainsi pu s'offrir un toit neuf en ville sous la barre des 200.000 euros. Dans la commune, vu la pénurie et le prix des terrains à bâtir, ce type d'offres est une aubaine assez rare pour être mentionnée.

Du côté des biens d'occasion, hormis des maisons de rangée parfois hors de prix, il ne faut pas se montrer trop difficile quand on cherche à se loger dans cette commune périphérique. "Lorsque j'ai rentré cette toute belle maison début juillet, je me suis dit qu'on allait ramer pour la vendre, vu le prix et la période. Elle est partie en 15 jours, et presqu'au prix initialement demandé, qui n'était pourtant pas donné : 500.000 euros..." La leçon de ce fait de marché, récemment vécu par un courtier local, est évidente : dans le nord-ouest de Bruxelles, la petite commune semi-rurale et proche de Grand-Bigard garde la cote auprès des acheteurs. La preuve par un autre courtier : "A produit comparable, on vend facilement 10 % plus cher qu'à Koekelberg ou Molenbeek."

Ce qui explique sans doute que, sur cinq ans à peine, malgré une décote réaliste de 10 % sur les six premiers mois de 2010, les maisons unifamiliales locales aient vu leur prix de référence gonfler de quasi 100 %. Ce n'est certes pas un record régional, mais c'est largement mieux que les communes limitrophes telles que Koekelberg (+ 66 %), Ganshoren (+ 71 %) ou même Molenbeek (+ 81 %). Reste qu'en termes d'activités, avec quelque 200 biens (maisons et appartements) échangés par an (2009), la commune n'est pas une des locomotives régionales.

Jo Jacoby

En savoir plus sur:

Nos partenaires