Belgian Land courtise les promoteurs

13/05/13 à 12:30 - Mise à jour à 12:30

Source: Trends-Tendances

La Banque Degroof et le conseil en immobilier CBRE viennent de boucler le tour de table scellant la naissance d'un nouveau véhicule d'investissement. Celui-ci cible le développement futur de milliers de logements en centre-ville.

Belgian Land courtise les promoteurs

© PG

Le moment pour lancer un tel produit d'investissement est idéalement choisi. D'une part, la demande de logements urbains neufs à prix abordable n'a jamais été aussi forte et elle le restera de manière durable, prioritairement sur le segment des petits ménages désireux de résider en ville. D'autre part, l'accès au financement est de plus en plus difficile : les banques ne jouent plus leur rôle de prêteur à risque qu'avec une exigence de fonds propres à refroidir parfois le plus téméraire des entrepreneurs.

Pas étonnant dès lors que l'initiative portée fin 2012 par Jean-Baptiste Van Ex (Banque Degroof) et Gaétan Clermont (CBRE) ait donné rapidement ses premiers fruits et permis de récolter auprès des clients de la banque d'affaires des engagements portant sur près de 55 millions d'euros. "Le droit d'entrée pour souscrire des titres de Belgian Land I était de 250.000 euros et nous avons réuni une centaine d'investisseurs autour de la table. Forts de ce résultat, nous avons pu engager avec les banquiers des contacts très positifs et nous disposons aujourd'hui de leviers financiers d'achat et de construction pour 350 millions d'euros, que nous voudrions activer endéans les trois prochaines années pour réaliser environ 1.500 logements moyen de gamme en centre-ville", détaille Jean-Baptiste Van Ex, directeur de l'immobilier chez Degroof.

"Nous nous donnons trois ans pour lever l'equity dont nous disposons, mais le véhicule restera fermé au moins six ans", ajoute Gaétan Clermont, CEO de CBRE. Ce dernier dit regarder de près une trentaine de projets de propriétaires privés et de promoteurs de toutes les régions du pays (Bruxelles, Anvers, Namur, etc.) pour l'instant. "Nous sommes agréablement surpris de l'intérêt rapide acquis par ce nouveau véhicule qui sélectionnera une vingtaine de projets selon une clé de répartition régionale : 50 % à Bruxelles, 30 % en Flandre et 20 % en Wallonie", explique-t-il, tout en se montrant rassuré par le coût moyen de l'incidence foncière sur le prix du bâti, y compris dans la capitale.

Architectes de renom et gros-oeuvre de qualité

De son côté, non sans avoir rappelé les risques de l'opération, Jean-Baptiste Van Ex insiste sur le positionnement des logements mis sur le marché : "Nous miserons sur des architectes de renom, des petites et moyennes surfaces, un gros-oeuvre de qualité et de vastes espaces verts ; nous investirons moins dans les finitions, en laissant l'acquéreur en fixer le niveau s'il le souhaite". Côté commercialisation, Belgian Land fera appel à des courtiers spécialisés dans l'appartement neuf, en ciblant d'abord une clientèle d'acquéreurs-occupants (65 %), un tiers de l'offre étant proposée à des investisseurs mettant leur bien en location. Le prix demandé devrait osciller entre 150.000 et 250.000 euros hors frais.

On notera encore que, parmi les premiers investisseurs de poids à avoir cru à ce nouveau véhicule, on trouve Claude Kandiyoti, un entrepreneur bruxellois déjà actif sur le marché immobilier (Axisparc notamment), et sa famille proche (réunis au sein de K Finance). Les deux responsables chargés de la gestion quotidienne du fonds ne sont pas non plus des inconnus dans le sérail immobilier : il s'agit, pour la partie financière, d'Emilie Rousseaux (ex-Home Invest) et de Patrick Verougstraete (ex-Besix et Bouygues) pour le suivi des projets immobiliers. Quant au comité de direction de Belgian Land, chargé notamment de la sélection des projets, il est composé de représentants des actionnaires (entre autres Marc Bandella, administrateur-directeur de Fédérale Assurance), de la Banque Degroof et de la société de conseil en immobilier CBRE et d'administrateurs indépendants parmi lesquels on retrouve notamment le président sortant de l'UPSI Eric Verbeeck (Kairos/Interbuild) et Vincent Doumier (administrateur chez Cofinimmo, Codic, Bois Sauvage).

En savoir plus sur:

Nos partenaires