Vers davantage de diversité dans les émoticônes

05/11/14 à 07:08 - Mise à jour à 07:08

Source: Belga

Les émoticônes, ces petits dessins expressifs utilisés dans les emails et les sms, devraient proposer l'an prochain davantage d'options afin de mieux représenter la diversité de l'humanité, selon un projet du consortium mondial qui les gère.

Vers davantage de diversité dans les émoticônes

© istock

"Les gens à travers le monde veulent avoir des émoticônes qui reflètent davantage la diversité humaine, tout particulièrement la couleur de la peau", selon le document présentant le projet et rendu public mardi par Mark Davis (Google) et Peter Edberg (Apple). Les modifications doivent encore obtenir le feu vert du consortium international Unicode, mais pourraient être mises en oeuvre mi-2015. Unicode est un codage universel qui permet de représenter tous les caractères des différentes langues.

"Les émoticônes d'Unicode représentant des personnes ou des parties du corps humain sont faites pour être génériques, cependant, étant donné que ces images étaient japonaises à l'origine, elles ont souvent un teint de peau clair plutôt qu'une apparence (non humaine) plus commune, comme un teint jaune/orangé ou une silhouette", relève le document.

Ces nouvelles recommandations proposent des personnages basés sur la classification de Fitzpatrick, une échelle utilisée en dermatologie qui détermine six types de peaux en fonction de leur réaction au soleil.

Les émoticônes ont été développées à l'origine au Japon mais ont par la suite été adoptées dans le monde entier. Elles comprennent tout un catalogue d'images (coeurs en couleur, fleurs, animaux, modes de transports, aliments, etc), et beaucoup de variations autour du smiley pour exprimer des émotions diverses.

"Bien sûr, il y a beaucoup d'autres éléments de diversité dans l'apparence humaine à part la couleur de peau: qualité et couleur des cheveux, port de lunettes, pilosités différentes, silhouettes différentes, couvre-chefs différents, etc", ont indiqué les défenseurs de cette évolution.

En savoir plus sur:

Nos partenaires