Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/11/17 à 14:00 - Mise à jour à 14:00

'Trump/Twitter, notre époque a les révolutions qu'elle mérite'

Donald Trump doit être content... Il peut désormais critiquer ses adversaires politiques ou menacer des pays étrangers en 280 caractères sur Twitter.

'Trump/Twitter, notre époque a les révolutions qu'elle mérite'

Les tweets incessants du président Donald Trump font l'objet d'une exposition à New York intitulée "Bibliothèque présidentielle des tweets", allusion aux bibliothèques que fondent traditionnellement les présidents américains pour abriter leurs archives en quittant la Maison Blanche. © AFP

Tout le monde l'a appris cette semaine, le réseau social Twitter permet désormais de doubler la taille de ses messages, en passant de 140 caractères maximum à 280. L'écrivain et homme de télévision Bernard Pivot, que les plus anciens connaissent, a immédiatement raillé cette décision. L'académicien estime qu'en portant ses messages de 140 à 280 signes, Twitter permet à Trump de doubler la longueur de ses âneries et de ses menaces irresponsables !

De son côté, la direction de Twitter a justifié ce changement "historique" en précisant que son but était de rendre l'allongement des messages possibles, mais tout en gardant la vitesse et la brièveté des tweets, sans quoi d'ailleurs Twitter ne serait plus Twitter mais bien Facebook. Une autre idée derrière ce changement, c'est que lorsque les utilisateurs ont plus de place, eh bien, ils tweetent plus vite et plus facilement. Je dis plus vite, car ce qu'a constaté la direction de Twitter, c'est que la limite de 140 signes faisait perdre du temps à l'utilisateur, qui devrait modifier ou couper son message, avec le risque de le décourager.

Partager

Le doublement de signes décidé par Twitter devrait déboucher sur plus de clarté

À en croire certains spécialistes de la communication relayés par le journal suisse Le Temps, ce n'est pas plus mal au fond, ce doublement de signes. Pourquoi ? Parce que cela va ralentir la vitesse à laquelle les utilisateurs consomment l'information et cela va donner plus de clarté. Ce qui n'est en soi pas une mauvaise chose au moment où un Donald Trump n'hésite pas à menacer des pays étrangers via Twitter.

En fait, cet allongement du nombre de signes n'a pas été fait de gaieté de coeur. Twitter doit se renouveler, car ses difficultés financières sont toujours présentes. Au dernier trimestre de cette année, le petit oiseau bleu a encore perdu 20 millions de dollars. Et pour cause, à l'inverse de Facebook qui ne cesse de grandir et de dépasser les 2 milliards d'utilisateurs, Twitter reste bloqué autour des 330 millions d'utilisateurs actifs. Voilà pourquoi la direction a décidé de doubler le nombre de signes, pour réveiller les anciens utilisateurs et en chercher des nouveaux.

Comme l'écrivait le journal Le Temps, si le peuple a les dirigeants qu'il mérite - allusion fine à Trump -, notre époque a aussi les révolutions qu'elle mérite. Autrement dit, si le XVe siècle a eu droit à Gutenberg, l'inventeur de l'imprimerie, nous, nous avons droit à Twitter qui double la taille de nos messages... Pas de quoi frissonner en effet.

Nos partenaires