TagTagCity : Bruxelles dans l'ère du tourisme numérique

08/06/12 à 15:45 - Mise à jour à 15:45

Source: Trends-Tendances

La région bruxelloise entre dans l'ère du tourisme numérique grâce au lancement de TagTagCity, un système mêlant smartphones, codes QR, tourismes et commerce. Décryptage.

TagTagCity : Bruxelles dans l'ère du tourisme numérique

Rares sont, en Belgique, les start-up qui se lancent sur la création d'une seule application mobile. En général, elles se positionnent plutôt comme des agences qui développent des applications pour des marques ou des entreprises. Lancé aujourd'hui à Bruxelles, le produit TagTagCity (pour l'instant un site mobile mais pas une appli) est pourtant le fruit d'une jeune start-up belge de quatre personnes.

Le concept de cette application dévoilée ce matin par le cabinet Doulkeridis, ministre bruxellois en charge du Tourisme ? "Lier les mondes physiques et virtuels par l'usage du smartphone", nous racontait en mars Stijn Vander Plaetse chez TagTagCity.

Concrètement, le touriste à Bruxelles pourra scanner des tags (codes QR) ou reconnaître une puce NFC pour obtenir plus d'informations historiques et touristiques sur son téléphone. Dans ce cadre, la start-up s'est associée, à Bruxelles, avec Wallonie-Bruxelles Tourisme et Visitbrussels. Mais ce n'est pas tout : une série de partenariats commerciaux sont inclus dans l'application : des promotions et des "bons plans" pour certains bars ou restaurants, etc.

Actuellement, l'application regroupe déjà 600 lieux touristiques à Bruxelles, une centaine à Knokke. L'objectif avoué des fondateurs de TagTagCity est d'arriver à 20.000 tags fin 2012 en Belgique.

Le modèle économique derrière TagTagCity

La start-up dispose de partenariat structurels avec les offices du tourisme en Belgique et avec des associations de commerçants qui s'engagent à acheter des tags. Car, autre aspect du business model, les tags sont bien à vendre : 60 euros pour obtenir un tag et ajouter du contenu visible lorsque les touristes scannent les tags. Chaque tag permet de renvoyer 300 personnes vers du contenu. Après, le commerçant ou le lieu touristique est amené à "recharger" son tag. Pour l'instant, la firme aurait vendu "pour 130.000 euros de contrats", avance Olivier Poulaert, cofondateur de TagTagCity.

L'enjeu de la start-up sera bien sûr d'inciter le public à utiliser son site mobile pour continuer à séduire les professionnels du tourisme. Pour cela, les offices du tourisme sont essentiels. Dans un premier temps, ils sont les principaux atouts publicitaires de TagTagCity...

Christophe Charlot

En savoir plus sur:

Nos partenaires