Suivre l'évolution techno... ou mourir ?

12/12/11 à 14:33 - Mise à jour à 14:33

Source: Trends-Tendances

Les entreprises qui ne prennent pas toute la mesure des conséquences induites par les évolutions technologiques pourraient tout bonnement disparaître d'ici 2020, selon une étude Ricoh/Economist Intelligence Unit.

Suivre l'évolution techno... ou mourir ?

Selon le dernier rapport en date de l'Economist Intelligence Unit rédigé avec le soutien de Ricoh, les dirigeants d'entreprises prévoient que l'évolution des technologies entraînera des transformations radicales au sein de leur secteur d'activité.

Selon cette étude (publiée dans son intégralité en mars prochain), 37 % des dirigeants interrogés pensent que leur entreprise ne sera pas en mesure de s'adapter aux nouvelles technologies, ce qui leur fera perdre leur avantage concurrentiel. Un tiers des dirigeants du secteur informatique estiment que leur entreprise disparaîtra complètement, et 60 % des personnes interrogées sont convaincues que, d'ici à 2020, les marchés sur lesquels elles sont présentes connaîtront des transformations profondes et seront bien éloignés de ce qu'ils sont aujourd'hui.

Les structures des entreprises se modifieront elles aussi : 63 % des personnes interrogées anticipent un passage à des structures décentralisées, où les postes décisionnels seront largement transférés au niveau des périphéries des organisations. Elles pensent en outre que les idées innovantes qui permettront d'améliorer les processus des entreprises viendront autant des clients que des employés, et qu'au cours des dix prochaines années, la plupart des idées novatrices en matière de produits ou de services verront le jour chez les clients.

Pour être prospère en 2020, une entreprise devra suivre "l'innovation des processus"

Les entreprises qui seront prospères en 2020 "seront celles qui accordent une importance particulière à l'innovation des processus, commente Eric Gryson, CEO de Ricoh Belgium & Luxemburg, cité dans un communiqué. Pour développer la flexibilité d'une entreprise et la préparer à adopter les changements, l'essentiel est de disposer d'infrastructures adaptées, qui permettent d'optimiser la gestion de ces changements."

Les dirigeants d'entreprises doivent se poser la question suivante, selon lui : "Dans nos entreprises, les infrastructures liées aux informations sont-elles préparées pour affronter l'avenir ? C'est en comprenant comment les informations sensibles sont reliées entre elles à tous les niveaux de l'organisation qu'une entreprise sera en mesure de rebâtir ses processus. Le but est de consolider le partage des connaissances entre employés et de répondre efficacement aux exigences des clients."

"En 2020 le concept d'information non numérique sera devenu complètement obsolète"

L'étude montre aussi que 59 % des personnes interrogées savent qu'en 2020 le concept d'information non numérique sera devenu complètement obsolète pour la plupart des employés.

"Il ne fait aucun doute que la quantité d'informations numériques augmentera au sein des organisations, mais le défi consiste à faire en sorte que les processus critiques, numériques ou non numériques, soient intégrés et que les informations soient aisément accessibles pour les employés, à travers toute l'organisation, analyse encore Eric Gryson. Ce dernier point revêt une importance capitale, car le nombre de travailleurs distants augmente constamment, d'où la nécessité croissante d'accéder aux informations depuis divers emplacements."

"Lorsqu'il s'agit d'envisager l'avenir, certains dirigeants d'entreprise manquent d'assurance, mais la plupart d'entre eux (70 %) conviennent que la technologie offre des occasions non négligeables d'améliorer leur manière d'exercer leur activité, et qu'une optimisation de l'efficacité opérationnelle peut engendrer de considérables profits, prolonge Denis McCauley (Economist Intelligence Unit). Une chose est sûre : d'ici à 2020, la technologie continuera à être à l'origine de changements incessants à la fois pour les marchés et pour l'ensemble des secteurs d'activités."

L'étude de l'Economist Intelligence Unit repose sur des entretiens spécifiques avec 567 dirigeants supérieurs d'entreprises actives dans 20 secteurs d'activités à travers le monde. 46 % des participants occupent des postes de direction, et les revenus annuels de 43 % des entreprises représentées sont égaux ou supérieurs à 500 millions de dollars.

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires