Sony abattu par le séisme, le yen et la concurrence

02/11/11 à 09:58 - Mise à jour à 09:58

Source: Trends-Tendances

Sony pense finir son exercice sur une perte nette de 90 milliards de yens (838 millions d'euros) à cause d'un chiffre d'affaires qui risque d'être inférieur de 700 milliards de yens à celui prévu. En cause : le séisme nippon du 11 mars, un yen cher et une concurrence féroce.

Sony abattu par le séisme, le yen et la concurrence

© Reuters

Sony a prévenu mercredi qu'il s'attendait désormais à terminer l'année budgétaire d'avril 2011 à mars 2012 sur un lourd déficit, à cause des conséquences du séisme du 11 mars, du yen cher et de la concurrence.

Le géant japonais de l'électronique pense finir l'exercice sur une perte nette de 90 milliards de yens (838 millions d'euros) à cause d'un chiffre d'affaires qui risque d'être inférieur de 700 milliards de yens à celui prévu, soit 6.500 milliards de yens.

Sony, qui a été financièrement heurté par la catastrophe du 11 mars au Japon au premier trimestre, est certes parvenu à rétablir la situation sur ce volet, mais il est toujours durement affecté par la cherté de la devise japonaise et par la baisse des tarifs de certains produits-clés comme les téléviseurs. Il s'inquiète aussi des conséquences des inondations en Thaïlande, qui retardent notamment le lancement de nouveaux appareils photo.

Sony a également annoncé mercredi avoir terminé le premier semestre de l'exercice 2011/2012 sur une perte nette de 42,48 milliards de yens. Il a fait état d'une chute de 81 % de son bénéfice d'exploitation, à 25,9 milliards de yens, pour un chiffre d'affaires qui a perdu près de 10 % sur un an, à 3.069,9 milliards de yens.

Le fort recul des recettes de ventes s'explique notamment par les répercussions négatives de la hausse de la monnaie japonaise vis-à-vis du dollar et de l'euro sur les ventes hors du Japon. Quelque 80 % du chiffre d'affaires du groupe proviennent de l'étranger et le renchérissement du yen a un impact énorme sur ses comptes.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires