Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

25/07/16 à 14:06 - Mise à jour à 14:22

'Sera-t-il bientôt inutile d'apprendre une langue étrangère ?'

Aura-t-on encore besoin d'apprendre l'anglais, ou même le néerlandais pour les Belges francophones, lorsque Google pourra tout traduire ?

'Sera-t-il bientôt inutile d'apprendre une langue étrangère ?'

La Tour de Babel, Pieter Bruegel l'Ancien (1526/1530-1569). © Domaine public

Pour les fans des nouvelles technologies, la question semblerait même idiote tellement sa réponse leur semble évidente. D'abord, ils n'ont pas tort. Nous pouvons d'ores et déjà envoyer des messages multilingues sur Facebook, nous pouvons également converser en chinois sur Skype et en principe nous pouvons même lire un article scientifique en anglais grâce à Google ! Tout cela, c'est déjà du réel et plus de la science-fiction.

Évidemment, sachant tous les progrès encore à venir et notamment grâce à l'intelligence artificielle, certains se posent déjà la question de savoir s'il sera encore nécessaire d'apprendre une langue étrangère. Avec comme question sous-jacente: aura-t-on encore besoin d'un interprète ou d'un traducteur ?

Si l'on écoute les représentants des traducteurs, cette époque n'est pas encore prête à venir. Pour eux, intelligence artificielle ou pas, la traduction ne peut pas être réduite à une équation informatique, car c'est davantage un art qu'une science ! C'est un argument qui tient la route... pour le moment. Cet argument sera sans doute lui aussi démonté exactement comme on avait dit que jamais un ordinateur ne battrait un expert au jeu d'échecs, ou mieux encore au jeu de go, deux paris qui n'ont pas tenu longtemps face aux nouveaux robots intelligents.

Sans d'ailleurs se projeter dans l'avenir, il faut bien constater que les algorithmes de traduction donnent déjà d'excellents résultats pour des textes réglementaires européens par exemple. Non seulement ce genre de texte - assez codifié dans sa structure - se prête à merveille à des traductions par des ordinateurs, mais en plus elle est infiniment plus rapide. C'est vrai que pour les textes de nature plus générale, comme des romans par exemple, les traductions automatiques sont encore assez décevantes.

Partager

La traduction automatique sera une chance, elle libérera de nouvelles énergies

Pour d'autres observateurs au contraire, plutôt que de s'inquiéter, on devrait tous se réjouir que des algorithmes puissent nous aider à échanger avec des personnes de cultures différentes.

Et puis ceux et celles qui veulent s'installer à l'étranger n'auront pas d'autre choix que d'apprendre la langue locale. Si un Américain veut s'installer à la Côte d'Azur pour ses vieux jours, il devra bien apprendre le français, non ?

Pour le reste, la traduction automatique sera surtout une chance, car elle libérera de nouvelles énergies, y compris dans le recrutement du personnel. J'ai la faiblesse de croire ce que disait le regretté président François Mitterrand, je le cite: "je préfère un homme qui a quatre idées en une seule langue, qu'une seule idée en quatre langues". Les plus mauvaises langues disaient d'ailleurs de l'ancien président la Commission européenne, José-Manuel Barroso, qu'il avait l'art de ne rien dire en plusieurs langues. Mais j'arrête, je deviens méchant et ce n'est vraiment pas le style de la maison.

Nos partenaires