Salon E3: la grand-messe du jeu vidéo s'ouvre aux gamers

12/06/17 à 14:09 - Mise à jour à 14:09

Source: Afp

Le salon des jeux video E3 de Los Angeles, grand-messe annuelle des professionnels du secteur, débute mardi et s'ouvre cette année, pour la première fois, aux joueurs eux-mêmes.

Salon E3: la grand-messe du jeu vidéo s'ouvre aux gamers

© AFP

Avant l'ouverture du salon prévue mardi, l'éditeur américain Electronic Arts (EA) a mis en avant samedi des joueurs devenus des célébrités sur YouTube --grâce à leurs performances mais aussi leurs commentaires-- aux côtés de ses dirigeants lors d'une conférence pour présenter ses nouveautés.

C'était le premier d'une série d'événements qu'organisent les fabricants de consoles et de jeux en amont de l'ouverture officielle du salon E3 (Electronic Entertainment Expo) qui se tiendra jusqu'à jeudi soir.

Traditionnellement réservé exclusivement aux professionnels, le salon E3 a innové cette année en mettant en vente environ 15.000 billets à partir de 149 euros pour les fans souhaitant arpenter ses allées et assister aux débats.

"Il existe un grand intérêt dans l'industrie pour s'adresser plus directement au joueur", explique à l'AFP Shawn Layden, président de Sony Interactive Entertainment Worldwide Studios.

L'industrie florissante du jeu vidéo développe des relations suivies avec les "gamers" et ne se contente plus de leur vendre simplement ses produits. EA organise ainsi trois jours de "fan fest" avant l'ouverture du salon pour leur permettre de venir goûter aux prochains jeux.

Outre deux nouveaux jeux, l'un de science-fiction --"Anthem" de BioWare-- et l'autre avec des prisonniers qui s'évadent --"A Way Out" à jouer en duo avec un ami--, EA a présenté la suite de "Star Wars Battlefront" dont le premier épisode sorti il y a deux ans avait essuyé des critiques.

"Nous avons eu beaucoup de réactions, souvent positives et souvent constructives", ce qui est "un euphémisme pour pas vraiment positives", a reconnu le directeur général Andrew Wilson.

Comme Netflix

Le salon, lui aussi, semble s'adapter à la tendance des fabricants qui est de bâtir des communautés de joueurs en ligne.

"E3 évolue et tente d'attirer des personnes qui ne sont pas impliquées dans l'industrie, qui sont des fans", observe Ted Pollak, analyste chez Jon Peddie Research.

La diffusion en streaming avec abonnement, pour jouer ou regarder alors que l'"e-sport" est en plein essor, sera notamment en vedette.

La plateforme Twitch, filiale du géant américain de la distribution en ligne Amazon, et son concurrent YouTube (Google) seront à nouveau présents.

Sur le modèle Netflix, Microsoft vient de lancer un service d'abonnement mensuel pour sa console Xbox, permettant aux joueurs d'accéder en illimité à une centaine de jeux. Sony propose lui aussi un service d'abonnement donnant accès à une bibliothèque de jeux pour ses consoles PlayStation.

"Le plus important dans l'univers de la console actuellement est le concept du jeu comme service", explique Mat Piscatella, analyste du cabinet NPD. "Les jeux sont dorénavant conçus pour garder les joueurs des années durant".

Le salon verra à nouveau s'affronter les consoles de Microsoft, Nintendo et Sony. Si la PlayStation 4 de Sony domine le marché, la Switch lancée début mars par Nintendo a reçu un très bon accueil et la nouvelle "Légende de Zelda", jeu créé pour l'occasion, est devenue un must. Microsoft a également présenté dimanche sa nouvelle console Xbox One X.

Parallèlement, le PC s'est discrètement imposé chez les joueurs et comme plate-forme de jeux la plus rentable, selon des analystes.

"La poussée du +PC gaming+ ne peut plus être cachée", relève Ted Pollack. Les joueurs s'équipent de PC de plus en plus puissants pour s'adonner aux jeux en ligne, aux compétitions d'e-sport ou à la réalité virtuelle et les fabricants de matériel adapté auront pignon sur rue au salon.

L'Association du logiciel de divertissement (Electronic Software Association, ESA), organisatrice du salon, a estimé le marché américain des jeux vidéo à 30,4 milliards de dollars (27,2 milliards d'euros) l'an dernier.

En savoir plus sur:

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires