Pourquoi Twitter ferme la porte aux régies pub extérieures

25/05/10 à 15:39 - Mise à jour à 15:38

Source: Trends-Tendances

De la publicité sous forme de "tweets promotionnels", oui, mais aucune autre forme de publicité : Twitter a annoncé qu'il avait l'intention de garder l'entier contrôle des pubs diffusées sur son site. Sa crainte ? Que les annonceurs "visent des parts de marché ou des recettes à court terme aux dépens de la santé à long terme de la plateforme".

Pourquoi Twitter ferme la porte aux régies pub extérieures

© Bloomberg

Twitter a annoncé lundi qu'il entendait garder l'entier contrôle de la publicité visible sur twitter.com, empêchant toute autre société de vendre des espaces sur son site. "A part les 'tweets sponsorisés', nous ne permettrons à aucune partie extérieure d'injecter des messages rémunérés dans le flux d'aucun service utilisant le code Twitter", a annoncé Dick Costolo, son directeur d'exploitation, sur le blog officiel de la société.

Dick Costolo a précisé que cette décision avait été prise dans l'objectif de préserver la qualité du site et d'éviter que les internautes ne s'en détournent en raison de la multiplication mal maîtrisée des publicités. "Les réseaux publicitaires extérieurs ne s'intéressent pas forcément à la préservation de l'expérience spécifique offerte par Twitter : il se peut qu'ils visent des parts de marché ou des recettes à court terme aux dépens de la santé à long terme de la plateforme, a argumenté le directeur d'exploitation. Par exemple, un réseau publicitaire extérieur pourrait maximiser le nombre d'encarts ou le revenu par clic, même si cela conduit à un recul de l'utilisation de Twitter en raison du mécontentement des utilisateurs."

Cette précision intervient un mois après le début de la publicité sur Twitter, après quatre ans de croissance exponentielle du réseau. Twitter intègre désormais à ses flux de microblogs des "tweets promotionnels", payés par des annonceurs, dont l'impact pourra être multiplié si ses utilisateurs les rediffusent.

L'Expansion.com

En savoir plus sur:

Nos partenaires