Pourquoi Samsung valse avec Belgacom

28/11/11 à 14:16 - Mise à jour à 14:16

Source: Trends-Tendances

Le numéro un mondial du smartphone et le premier opérateur télécom en Belgique multiplient les offres convergentes. Objectif : booster les abonnements de Belgacom et doper les ventes de produits Samsung.

Pourquoi Samsung valse avec Belgacom

© Image Globe

Samsung a le vent en poupe. Au dernier trimestre, le fabricant sud-coréen est devenu leader mondial sur le marché des smartphones. Avec 23,6 % de parts de marché (d'après le consultant spécialisé IDC), l'entreprise a dépassé Apple et son iPhone dans le créneau en constante progression des "téléphones intelligents". En signant en mai dernier un contrat de collaboration avec Samsung, Belgacom s'est rapproché d'un géant de l'électronique, actif dans la fabrication de quantité de produits high-tech : téléphones, télévisions, tablettes, ordinateurs, appareils photos, caméscopes... Ce partenariat, une première en Europe pour l'entreprise coréenne, a déjà donné quelques fruits prometteurs.

Plus de 12.000 tablettes écoulées

Le dernier en date est le service Movie Me, constitué de 500 films issus du catalogue Belgacom TV. Les films sélectionnés sont non seulement disponibles sur Internet, mais aussi directement sur les Smart TV (téléviseurs connectés à Internet) de Samsung. "C'est une sorte de teaser pour attirer les gens vers le service plus complet de Belgacom TV", explique Michel Georgis, vice-président Consumer business unit chez Belgacom.

Les deux marques complices ont également lancé une TV (Samsung) à un euro, proposée à l'achat d'un abonnement d'un an pour un pack Belgacom TV + Internet. La Galaxy Tab, tablette phare de Samsung, est quant à elle intégrée dans une offre Internet mobile + Internet (39,99 euros par mois) courant sur deux ans. Entre juin (date de lancement de l'offre) et septembre, 12.000 tablettes ont ainsi été écoulées. "Nous avions budgété 10.000 tablettes pour la fin de l'année. Nous avons déjà dépassé nos prévisions", se réjouit Michel Georgis. De plus, 25 % des clients de cette offre "groupée" sont de nouveaux clients, indique le vice-président de Belgacom. "Je suis optimiste pour les fêtes, poursuit-il. Je m'attends à ce que la tablette se retrouve sous de nombreux sapins."

Le partenariat entre l'opérateur et le fabricant trouve ses racines à Las Vegas, au Consumer Electronic Show, le salon international de l'électronique. "Il y a trois ans, Didier Bellens a visité notre stand. Il a testé nos produits et il a vu les possibilités que l'on pouvait offrir en termes de convergence", raconte Serge Vandriessche, country director de Samsung Mobile en Belgique. Petit à petit, les deux entreprises se sont rapprochées. Proximus a ainsi été le premier opérateur mobile à vendre le Galaxy S, le premier téléphone estampillé Samsung destiné à attaquer l'iPhone d'Apple sur le terrain du smartphone haut de gamme.

A présent, Belgacom et Samsung avancent main dans la main dans le cadre d'un accord plus structuré. "C'est un partenariat privilégié, pas exclusif", précise Michel Georgis. L'opérateur continue en effet à proposer toute une panoplie de téléphones (Nokia, BlackBerry, HTC, Sony Ericsson...) dans ses boutiques. Seul l'iPhone, désormais proposé par Mobistar, Base et Telenet, est absent des rayons. Il faut dire que la marque à la pomme a la réputation d'être commercialement intraitable, ce que confirme Michel Georgis.

De son côté, Samsung n'est pas non plus pieds et poings liés avec l'opérateur historique en Belgique. Sa gamme de produits se retrouve aussi chez les concurrents de Belgacom. Mais aucune offre spécifique n'y est développée.

Cap sur la convergence

Ce qui différencie le partenariat "privilégié" des accords commerciaux classiques conclus par l'opérateur, c'est la volonté affichée par Belgacom de renforcer ses offres convergentes, vendues sous la forme de "packs". Une stratégie revendiquée par l'opérateur, et fréquemment martelée par son CEO, Didier Bellens, qui a même profité de son passage en commission parlementaire le 9 novembre dernier pour vanter les mérites de l'accord conclu avec le géant coréen... "L'idée du partenariat est de créer de la valeur, indique Michel Georgis. En s'appuyant sur un portefeuille de produits extrêmement riche ( smartphones, tablettes, TV, PC...), on peut assembler les différents éléments du puzzle : Internet fixe, Wi-Fi, Internet mobile, TV mobile..."

Du côté de Samsung, on profite de la position de leader de Belgacom sur le marché des télécoms en Belgique. "Belgacom dispose d'une panoplie de services qu'on ne retrouve pas encore chez ses concurrents, assure Serge Vandriessche, country director de Samsung Mobile. Chaque partie investit pour développer des offres innovantes." Les détails de l'accord sont confidentiels, mais chaque acteur y va de sa poche, l'un pour vendre ses abonnements, l'autre pour vendre ses produits. Belgacom subsidie ainsi une partie de la tablette Samsung, dans le cadre de son offre "conjointe" avec l'Internet fixe et mobile. L'objectif, toujours : convaincre le consommateur d'opter pour une formule packagée. "On évolue de plus en plus vers des formules all-in, avec des offres d'Internet fixe illimitées", avance Michel Georgis. Le partenariat avec Samsung, mais aussi ceux signés avec FON (Wi-Fi partagé) et Deezer (musique en ligne) sont en ligne avec cette stratégie orientée sur l'offre et le contenu. Une stratégie qui semble payante, puisqu'au troisième trimestre 2011, Belgacom a franchi le cap du million de clients disposant d'un pack.

GILLES QUOISTIAUX

En savoir plus sur:

Nos partenaires