Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

25/02/15 à 15:01 - Mise à jour à 26/02/15 à 10:33

Pourquoi la voiture connectée est un rêve... pas prêt à se réaliser

La voiture connectée ou sans chauffeur, on sait tous que cela existe et que les ingénieurs ont largement dépassé le stade du prototype. Pourtant, elle n'est pas prête à débarquer sur les routes. Explications.

Pourquoi la voiture connectée est un rêve... pas prêt à se réaliser

La voiture autonome selon Mercedes. © Reuters

On sait que c'est Google qui a lancé cette idée folle de voitures sans chauffeur. On sait également que Uber se réjouit à l'idée de l'arrivée massive de ces voitures, car cette société américaine pourra alors proposer des taxis à des tarifs encore plus bas qu'aujourd'hui puisqu'il ne faudra pas payer le chauffeur.

Les pouvoirs publics regardent cela aussi avec intérêt, car la voiture connectée est aussi synonyme de moins d'embouteillages et de moins d'accidents. La voiture en question sera en effet connectée en permanence avec son environnement et évitera pas mal de problèmes grâce à l'Internet des objets.

Bref, la voiture connectée, c'est le rêve. Oui, mais comme beaucoup de rêve, à défaut d'être totalement inaccessible, il risque de prendre un peu de temps avant de se transformer en réalité tangible et massive. Et la raison en est simple: une étude lancée par un sénateur américain arrive à la conclusion effarante qu'à l'heure actuelle, 100% des voitures connectées sont vulnérables !

Partager

Pourquoi la voiture connectée est un rêve... pas prêt à se réaliser

Ces voitures connectées sont en effet vulnérables au piratage informatique. Les pirates peuvent prendre le contrôle des voitures en question, soit via une connexion sans fil en Bluetooth, soit via un virus sur un smartphone Android connecté au véhicule ou encore via un CD infecté et lu par le système audio de la voiture. Bref, ce sénateur démontre, études d'experts indépendants à l'appui, qu'en l'état actuel, des pirates bien organisés peuvent prendre le contrôle de certains véhicules en les faisant brutalement accélérer, par exemple, ou en désactivant leurs freins ou en modifiant le compteur de vitesse, etc.

Bref, c'est ce piratage potentiel qui, tant qu'il ne sera pas rendu impossible à 100%, fait qu'aucun constructeur ne prendra le risque de lancer un véhicule connecté sur le marché, avec ou sans chauffeur. Et c'est pourquoi les géants du Net qui veulent se lancer à l'assaut de cet immense marché rongent encore leur frein. Car s'il est possible de lancer sur les marchés des smartphones en tablant sur les versions futures pour encore en améliorer les capacités ou le cryptage, pour une voiture, il n'est pas question de procéder de la sorte, par essais et erreurs. Il faut que la voiture soit immédiatement et à 100% fiable, sinon il y a risque de mort d'homme. Voilà pourquoi ces voitures connectées prendront encore un peu de temps avant de se retrouver sur nos routes.

Nos partenaires