Trends Numerik

Que vaut la start-up belge Showpad ?

12/11/14 à 10:52 - Mise à jour à 17/11/14 à 14:15

Source: Trends-Tendances

En annonçant une levée de fonds à 8,5 millions de dollars, la PME gantoise a attiré tous les yeux du microcosme belge sur elle et sur son fondateur, Pieterjan BoutenPieterjan Bouten. Mais que vaut, aujourd'hui, cette PME prometteuse ? Calculs...

Que vaut la start-up belge Showpad ?

© Showpad

La semaine passée, Showpad annonçait son impressionnante levée de fonds à hauteur de 8,5 millions de dollars. La société, spécialiste des applications sur tablettes pour commerciaux, a réussi à convaincre deux investisseurs (Dawn Capital et Hummingbird Venture) d'investir dans cette entreprise en plein développement qui détient un bureau à Gand (35 personnes) et un à San Francisco (15 personnes).

Les investisseurs ont semble-t-il été conquis par Showpad qui, selon Pieterjan Bouten, "offre des marges vraiment très élevées de plus de 90%". Typiquement, un produit comme Showpad nécessite des investissements de développement au moment de sa création, mais peut ensuite être adressé à un marché mondial. Et le potentiel semble grand, notamment aux Etats-Unis "où la pénétration des tablettes est la plus importante et où les techniques commerciales sont plus avancées ; un terrain très fertile pour leur développement" note Jean-Michel Noé, Senior M&A Manager chez Deloitte et observateur avisé.

Aujourd'hui, la firme réalise un chiffre d'affaires de 4,5 millions de dollars, dont 30% déjà sur le marché américain. Le reste se fait essentiellement en Belgique (30%) et en Europe (30%). Avec cet apport de nouveaux fonds, la start-up envisage de recruter pas mal de commerciaux pour pousser son produit auprès des entreprises. Notamment outre-Atlantique. Si bien que Showpad espère arriver, dès 2015, au chiffre d'affaires de 10 millions de dollars. Car, si les marges sont confortables, les budgets pour le marketing et le démarchage commercial restent importants.

Par cette levée de fonds, Pieterjan Bouten, l'un des fondateurs, rejoint le club fermé des entrepreneurs belges qui ont le vent en poupe dans la Silicon Valley, aux côtés de Xavier Damman (Storify) et autres Fréderic Della Faille (Frontback)... D'ailleurs, à l'entendre, les fondateurs de Showpad sont parvenus à conserver "plus de 50%" du capital de la start-up, tout en restant volontairement vague sur les chiffres précis.

Sans grande surprise, Pieterjan Bouten ne dévoile pas les détails de la valorisation de Showpad. Néanmoins, si l'on s'en tient aux standards du marché du Saas (software as a service) que l'on peut trouver dans les rapports du Software Equity Group, on peut raisonnablement se risquer à quelques estimations de valorisation de Showpad. Etant en levée de fonds "série B", on peut estimer que les investisseurs ont pris environ 20% de la start-up. Ce qui valoriserait Showpad à 42 millions de dollars (après levée de fonds) ou 34 millions de dollars (avant la levée).

Si l'on se base sur les revenus de la start-up, "généralement, les entreprises de Saas se valorisent à San Francisco à 8 fois les revenus, analyse un entrepreneur belge très au fait de cette matière. Surtout qu'aux Etats-Unis, le marché se montre particulièrement chaud sur ce type d'entreprises, à plus forte raison si la société est correctement gérée et s'adresse à un marché profond." Ce qui signifierait, pour Showpad une valorisation à 36 millions de dollars.

En gros, on peut donc raisonnablement penser que Showpad vaut aujourd'hui entre 20 et 30 millions d'euros. Et cela peu importe si la société est rentable ou non. En tant que start-up, Showpad n'atteint pas encore la rentabilité. "Et nous ne prévoyons pas d'y arriver avant 2 ou 3 ans" admet Pieterjan Bouten. Son entité belge enregistrait l'an passé une perte de plus de 800.000 euros. Mais rien de surprenant alors qu'elle est en phase d'investissements à l'international. Cet apport de fonds frais doit, par contre, lui permettre de passer à la vitesse supérieure au niveau commercial.

Pas de doute : les prochaines étapes de son développement seront déterminantes pour entrer, véritablement, dans la cour des grands.

Nos partenaires