Trends Numerik

La start-up bruxelloise Edebex embauche le COO de Petercam

01/10/15 à 11:46 - Mise à jour à 12:51

Une belle prise pour la jeune entreprise qui a levé récemment trois millions d'euros.

La start-up bruxelloise Edebex embauche le COO de Petercam

© DR

La start-up fintech Edebex signe un renfort de poids. La jeune entreprise bruxelloise, qui a récemment levé trois millions d'euros, embauche Wim De Ridder, COO de Petercam. Le nouveau directeur opérationnel de Edebex affiche une expérience dans le secteur bancaire, où il s'est occupé des dossiers de digitalisation, mais aussi dans le développement d'entreprises à l'international, job dont il s'est occupé notamment chez Western Union. " La mission est de porter la société sur une croissance à deux chiffres, explique Wim De Ridder. Nous allons créer un modèle qui nous permettra de grandir vite. " D'ici la fin de l'année, la société passera de 15 à 25 personnes. La start-up se prépare à s'étendre hors de frontières belges, avec une première étape chez nos voisins directs.

Mieux gérer la trésorerie des PME

Edebex est spécialisée dans la vente en ligne de factures. Objectif : faciliter la gestion de la trésorerie des petites et moyennes entreprises. Le constat de ses cofondateurs est simple : "70 % des PME belges souffrent de problèmes de liquidités en raison de retards de paiement. D'un autre côté, les entreprises belges disposent de 240 milliards d'euros de cash sur leurs comptes en banque. Nous proposons un point de rencontre entre ces deux réalités", nous expliquait en juin dernier Aissa Laroussi, cofondateur d'Edebex.

Les entreprises qui vendent leurs factures à Edebex ont la garantie d'être payées dans les 72 heures, ce qui améliore leur fonds de roulement. Elles rétribuent la plateforme à hauteur de 4 % en moyenne. Quant aux sociétés qui achètent la facture, elles bénéficient d'un rendement pouvant aller jusqu'à 9 % sur base annuelle. Le risque de non-paiement de la facture est garanti par la société d'assurance-crédit Euler-Hermès, à hauteur de 70 à 90 %, en fonction du degré de solvabilité du débiteur.

Le système a déjà convaincu de nombreuses entreprises belges, séduites par cette solution en ligne inédite en Europe continentale. En 2014, près de 5 millions d'euros de factures ont déjà transité sur la plateforme. En 2015, la start-up s'attend à grimper à 20 millions voire 30 millions d'euros, ce qui devrait lui garantir un chiffre d'affaires proche du million d'euros.

Edebex, comment ça marche ?:

En savoir plus sur:

Nos partenaires