Trends Numerik

La fin de l'âge d'or des start-up ?

21/11/17 à 15:21 - Mise à jour à 15:27
Du Trends-Tendances du 16/11/17

Dans une opinion particulièrement tranchée, le chroniqueur vedette de TechCrunch, Jon Evans, entrevoit l'impossibilité de voir apparaître de nouveaux géants de la "tech" issus de l'écosystème start-up. L'homme sonne le glas d'une période faste. Mais qu'en est-il vraiment ?

Le propos de l'auteur d'origine canadienne Jon Evans risque bien de filer le bourdon à toute une génération de jeunes entrepreneurs. Soit tous ceux qui se revendiquent de la mouvance start-up et consacrent leur temps et leur énergie à développer leurs projets numériques dans le sillon des grands noms de la tech. Dans une chronique publiée sur le célèbre site spécialisé TechCrunch, l'homme de 44 ans entrevoit ni plus ni moins que... la fin des start-up. Jon Evans écrit, en effet, que " l'âge d'or des start-up est d'ores et déjà terminé ". Pour lui, l'époque des hordes de jeunes diplômés qui rêvent de donner naissance au nouveau Facebook est révolue : finie la période où les grandes entreprises traditionnelles étaient des dinosaures figés, enclins à se faire dévorer par des " mammifères agiles à croissance rapide ", soutient Jon Evans. Cela, c'était la décennie passée. Nous vivons dans un nouveau monde à présent : il favorise les gros acteurs et pas les petits. Les grosses entreprises vont dominer la prochaine décennie, non plus les start-up et les entrepreneurs. D'ailleurs, les diplômés d'aujourd'hui préfèrent travailler pour Mark Zuckerberg que de lui emboîter le pas. " Pour le chroniqueur de TechCrunch, on croit à tort qu'on assistera à une nouvelle vague de start-up accompagnant les nouvelles révolutions technologiques, tel qu'on a pu le voir dans le passé avec l'avènement d'Amazon, Facebook, Google, Salesforce, puis Uber, Lyft, Snap, WhatsApp, etc. " On n'assistera pas à une telle révolution, écrit-il. Le Web a été occupé et colonisé par les gros acteurs, et les nouvelles technologies d'aujourd'hui sont compliquées, onéreuses, et favorisent les organisations qui disposent de quantités gigantesques de capital et sont capables de scaler. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires