Trends Numerik

Christophe Charlot
Christophe Charlot
Journaliste chez Trends-Tendances
Opinion

24/11/14 à 16:07 - Mise à jour à 17:21

Google sans pub : on voudrait tant y croire !

Google essaie, aux Etats-Unis, un service qui permet à l'internaute de payer... pour ne plus voir de publicité sur les sites Web. Google Contributor, une initiative étonnante, pas totalement désintéressée. Mais qui pourrait changer la face de l'Internet pour les années à venir.

Google sans pub : on voudrait tant y croire !

© Google

L'information n'a l'air de rien. Elle semble concerner essentiellement les Internautes lassés d'être continuellement confrontés à la publicité en ligne. Pourtant, le lancement (en test) de Google Contributor pourrait totalement bouleverser l'ensemble des codes de l'Internet. Google Contributor est une initiative qui consiste à permettre à l'Internaute de débourser entre 1 et 3 dollars par mois pour, d'une part, soutenir les éditeurs de contenus et, d'autre part, faire supprimer la publicité qui s'affiche sur leurs sites Internet (celle de Google uniquement pour l'instant). Les revenus de ce "loyer mensuel" sont partagés entre Google et les différents sites partenaires (c'est-à-dire des éditeurs qui acceptent de jouer le jeu) en fonction du nombre de visites sur leur site.

A première vue, on imagine que Google se tire une balle dans le pied, lui qui vit essentiellement de la publicité sur son moteur de recherche et sur les sites du monde. En réalité, on peut parier que Google a fait ses calculs et que les nouveaux revenus doivent être en mesure de compenser la petite perte de l'autre. De plus, on peut y voir une préparation stratégique de Google à un avenir différent sur le Net. Aujourd'hui, l'Internaute est habitué au "tout gratuit". Car la plupart des surfeurs (et surtout dans les nouvelles générations) n'ont pas conscience que la gratuité a un prix : ils paient en acceptant de voir de la publicité... ou en laissant Google et les géants du Net avoir accès à leurs "data" (leurs goûts, leur pratique de surf, leur réseau d'amis, etc.).

Partager

Avec Contributor, Google se positionne subtilement dans un "Internet sans pub"...tout en dominant la pub sur le Net

Or, la résistance en ligne s'organise de plus en plus. Quand on sait que 144 millions d'internautes utilisent déjà un système (type Adblock) pour bloquer la publicité, on n'est pas surpris qu'un acteur comme Google regarde le phénomène de près. Car ce chiffre démontre bien un intérêt croissant des Internautes pour des services sans "matraquage publicitaire". Du coup, un système comme Google Contributor devient une alternative. Mais avec bien plus de diplomatie puisque, là où un Adblock coupe totalement les revenus des éditeurs, Google noue un partenariat avec les fournisseurs de contenus (pour l'instant seulement une dizaine dans le test, tous anglophones). Mais surtout, Google se positionne ainsi malignement dans un "Internet sans pub"...tout en dominant la pub sur le Net. En gros, Google veut sa place dans les deux univers.

J'y vois d'ailleurs un signe très positif pour la transparence d'Internet. Beaucoup de n'ont pas conscience de cet accord implicite qui les lie, en tant qu'Internaute, avec les géants du Net, celui par lequel ils acceptent de voir de la pub ou de partager leurs données en échange d'un service gratuit. Dans ce sens, une initiative comme Google Contributor clarifie un peu plus les choses et donne (ENFIN !) le choix à l'Internaute : voir de la pub ou payer un service ou un contenu... Et l'on ne peut qu'espérer qu'un tel test porte ses fruits et que Google le généralise. Car on imagine que d'autres acteurs pourraient suivre le mouvement. Mieux, on peut se prendre à rêver qu'une telle proposition s'étende un jour au "pistage" de l'Internaute et de ses données. Que l'internaute puisse payer pour ne plus être en permanence épié sur le Net.

Car, il faut aussi l'écrire : le modèle de Google Contributor repose sur le traçage du surfeur. Pour répartir les revenus entre les éditeurs partenaires, Google suit son utilisateur et son parcours en ligne... Vous aviez dit transparence ?

En savoir plus sur:

Nos partenaires