Netgear mise sur le low-cost pour relier la TV à l'Internet

13/07/10 à 11:35 - Mise à jour à 11:35

Source: Trends-Tendances

Histoire de concurrencer Google et Apple, Netgear compte proposer une solution de télévision connectée à bas prix. En attendant, le fabricant d'accessoires réseaux grand public se renforce sur le marché des "media centers".

Netgear mise sur le low-cost pour relier la TV à l'Internet

L'explosion de la consommation de vidéo sur l'Internet attise les convoitises. Selon le New York Times, Apple s'apprête à relancer son boitier TV. A la clé, un nouvel App Store dédié à l'Apple TV et un service de location de séries télévisées pour 99 cents sur iTunes, contre 1,99 dollar à l'achat. Histoire de couper l'herbe sous le pied à son ancien allié Google, dont le boîtier, fabriqué par le suisse Logitech, sortira à la rentrée prochaine.

Le fabricant d'accessoires réseaux grand public Netgear affiche des ambitions plus modestes. Il a dévoilé son périphérique de stockage ReadyNAS Ultra, qui permet de partager ses vidéos sur son réseau domestique privé et sur le Net. Des vidéos qui peuvent aussi être diffusées sur la platine multimédia du constructeur. Enfin, l'entreprise de San Jose est toujours la seule à proposer un boîtier basé sur la technologie Wireless Display d'Intel, qui transmet sans fil l'écran de son PC sur son téléviseur HD. Tour d'horizon avec Patrick Lo, cofondateur et CEO de Netgear.

Comment voyez-vous la convergence de la télévision et du Web ?

En tant que l'un des principaux fournisseurs de points d'accès Internet pour la maison, Netgear bénéficie tout naturellement de cette convergence puisque nos routeurs sont littéralement le point d'entrée de tout le contenu audiovisuel venu du Web. Contrairement à la vision d'Apple ou de Google, cependant, je suis convaincu que pour que cette convergence TV/Web explose, il faut une solution vraiment low-cost.

C'est-à-dire ?

La leçon que je tire de notre expérience de la grande distribution est que le consommateur ne dépensera pas plus de 100 euros pour un boîtier qui relie son téléviseur au Web. Apple l'aurait d'ailleurs finalement compris puisque, selon les rumeurs, il s'apprêterait à relancer son boitier TV pour environ 99 euros (Ndlr, contre 269 euros aujourd'hui). A ce prix, Logitech a du souci à se faire avec son boîtier Google TV, qui coûtera beaucoup trop cher lors de sa sortie en septembre.

C'est pourquoi nous n'aurons pas de solution complète TV/Web, équivalente à celles d'Apple ou de Google, avant que l'on puisse la vendre a moins de 100 euros. En attendant, on commercialise notre platine multimédia EVA, qui permet d'accéder depuis son téléviseur au contenu numérique (vidéo, photos, musique) disponible sur son réseau, et notre boîtier Push2TV qui reproduit sur votre téléviseur l'écran d'un PC équipé des dernières puces Core (i3, i5 et i7) d'Intel.

Quel est, selon vous, le futur de ces routeurs Internet à la maison ?

Ce marché connaît toujours une forte croissance, à la fois en grande distribution et au travers de partenaires comme Numericable. On devrait ainsi dépasser les 850 millions de dollars de chiffre d'affaires cette année, en hausse de plus de 20 % par rapport à 2009.

Pour nous, la prochaine étape importante est le Gigabit Wi-Fi, qui devrait multiplier au moins par trois la vitesse du plus performant de nos routeurs sans fil. Pour que cela devienne réalité, il faut une bande de fréquences plus large que celles qui sont aujourd'hui disponibles (2,4 GHz et 5 GHz). Le plus dur sera de convaincre les gouvernements de les libérer. La technologie, elle, existe déjà.

L'autre tendance forte est l'arrivée de la gestion d'énergie dans les points d'accès, pour visualiser et contrôler la consommation d'énergie des équipements branchés au réseau de la maison, notamment grâce à l'utilisation du CPL (courant porteur).

Comment vous distinguez-vous de concurrents comme Linksys et D-Link ?

En France notamment, nos principaux concurrents sont les fabricants locaux comme Bewan, Olitec et Thomson. Linksys est pratiquement inconnu en dehors des Etats-Unis malgré les efforts de Cisco, tandis que D-Link est bas de gamme. Notre positionnement, qui n'a pas changé depuis notre création voici 14 ans, est d'être le plus novateur et pas forcément le moins cher, ce que nous ne sommes d'ailleurs pratiquement jamais. Cette stratégie, qui mise sur l'innovation technologique, nous a très bien réussi.

Jean-Baptiste Su (dans la Silicon Valley), L'Expansion.com

Nos partenaires