Mission sur Mars: ce que le robot Curiosity a de si spécial

07/08/12 à 07:38 - Mise à jour à 07:38

Source: Trends-Tendances

Le robot Curiosity s'est posé avec succès sur Mars. C'est le véhicule le plus sophistiqué jamais envoyé en mission dans l'espace. Découvrez ce qui le différencie de ses prédécesseurs.

Mission sur Mars: ce que le robot Curiosity a de si spécial

© Reuters

Le robot Curiosity a parfaitement réussi son "atterrissage" sur Mars, ce lundi 6 août au matin. Le voilà parti pour une mission de 98 semaines (une année martienne), à la recherche de traces d'eau et de tout élément qui permettrait d'établir que la planète rouge a pu abriter la vie. Ou non. C'est loin d'être la première mission martienne américaine réussie, (il y a eu Viking en 1976, Pathfinder en 1996, les Rovers Spirit et Opportunity en 2004, Phoenix en 2008...), et les Etats-Unis ont déjà envoyé des robots mobiles en surface.

Mais cette mission-là, dotée d'un budget de 2,5 milliards de dollars, est exceptionnelle, qu'elle atteste d'une vie sur Mars ou pas. Ce qui fait dire à Barack Obama qu'il s'agit d'"un exploit technologique sans précédent qui restera comme un jalon de fierté nationale à l'avenir".

Qu'est-ce qui fait de Curiosity un robot si spécial ?

Il doit valider la possibilité de faire atterrir un engin habité
Il est beaucoup plus gros que tous ses prédécesseurs. Les précédents robots mobiles envoyés sur Mars faisaient 1,6 m de long, pesaient 170 kg et embarquaient seulement 5 kg d'instruments scientifiques. Curiosity est beaucoup plus massif. De la taille d'une petite voiture, il est deux fois plus long, pèse 900 kg et emmène 75 kg d'instruments. À cause de sa masse, de la taille du bouclier thermique et de sa vitesse de pénétration dans l'atmosphère, Curiosity a dû affronter des conditions d'atterrissage beaucoup plus difficiles. Les enseignements de cette étape seront capitaux pour la réussite de futures missions habitées.

Son atterrissage est plus précis. Malgré sa taille, il peut se manoeuvrer de sorte qu'il est capable de se poser avec précision dans un rayon de 20 km à la ronde (contre 80 km pour ses grands frères Spirit et Opportunity). Réussir cela est un exploit en soi, quelles que soient les découvertes ultérieures.

Il va mesurer les niveaux de radiation au sol. L'un de ses instruments (Rad) va mesurer les niveaux de radiation, qu'on ne connaît pas encore bien. Ce qui sera déterminant, à la fois pour la recherche d'une forme de vie passée et d'éventuelles futures missions humaines sur Mars.

Il va explorer des régions inconnues

Grâce à la précision de son système d'atterrissage, contrairement à ses prédécesseurs, Curiosity peut se poser sur un terrain qui n'est pas plat. Un territoire nouveau pour les spécialistes de la planète rouge. Les responsables de la mission ont choisi de le poser dans le cratère de Gale, un endroit particulièrement intéressant pour étudier l'évolution de l'environnement martien.

Il peut fonctionner 24 heures sur 24

Tandis que les précédents véhicules (appelés "rovers") envoyés sur Mars étaient alimentés par des panneaux solaires, Curiosity fonctionne à l'énergie nucléaire, qui va lui permettre de fonctionner plus longtemps (sa mission initiale est de deux ans, contre trois mois pour les précédentes missions), de jour comme de nuit, y compris pendant l'hiver martien. Le générateur est alimenté par près de 5 kg de plutonium radioactif.

C'est le robot le plus sophistiqué jamais envoyé dans l'espace

Il est équipé de dix instruments scientifiques de pointe, qui en font un véritable petit laboratoire mobile. Il est notamment capable, grâce à un bras articulé et une foreuse, de prélever des échantillons de sol et d'en faire l'analyse chimique complète à bord, une première dans l'espace.
L'un des instruments de bord, la ChemCam, a été fourni par la France. Il permet d'identifier à distance, jusqu'à 7 mètres, les échantillons intéressants à prélever. Le principe : pulvériser la matière à l'aide d'un laser, et analyser sa signature chimique avec un spectromètre. C'est la première fois qu'un laser de ce type est utilisé dans une mission d'exploration planétaire.

Raphaële Karayan, L'Expansion

En savoir plus sur:

Nos partenaires