Les principales e-menaces du moment

11/05/12 à 11:44 - Mise à jour à 11:44

Source: Trends-Tendances

Si les malwares sont de plus en plus perfectionnés, leur nombre connaît aussi une augmentation spectaculaire : 10 % des PC analysés par BitDefender QuickScan durant le premier trimestre étaient infectés, un pourcentage inquiétant.

Les principales e-menaces du moment

© Thinkstock

10 % des PC analysés par BitDefender QuickScan durant le premier trimestre étaient infectés, soit 100.000 sur un total de 1 million. Il s'agit d'"un pourcentage élevé" qui "doit finir de convaincre les utilisateurs de la nécessité de contrôler régulièrement leur ordinateur", indique l'éditeur de solutions de sécurité informatique.

Si les malwares sont de plus en plus perfectionnés, leur nombre connaît aussi une augmentation spectaculaire, pointe BitDefender : "Bien que les solutions antivirus traditionnelles basées sur les signatures représentent la première couche de détection et de désinfection des malwares, ils ont besoin aujourd'hui de l'aide de technologies in-the-cloud pour fournir une protection de pointe."

Et de citer une enquête d'AV-Test, selon laquelle "55.000 nouveaux échantillons de malwares apparaissent tous les jours, ce qui signifie qu'une nouvelle e-menace est créée toutes les deux secondes".

Les principales e-menaces du moment

Parmi les principales e-menaces détectées se trouvent les célèbres Win32.Virtob, Win32.Ramnit et Win32.Sality, trois familles d'infecteurs de fichiers qui joignent leur code aux fichiers exécutables des ordinateurs. Le botnet Sality est particulièrement présent, puisqu'il regroupe plus d'un million d'ordinateurs actifs dans le monde et est à l'origine de l'envoi de spam, de vol de mots de passe et d'attaques contre d'autres utilisateurs.

Selon les données de QuickScan glanées par BitDefender, "une part significative des ordinateurs analysés héberge à leur insu des keyloggers, des applications qui surveillent les frappes au clavier, les sites Web consultés et qui sont capables de prendre des captures d'écran de l'ordinateur. Utiliser un PC infecté par un keylogger est une réelle menace pour la vie privée, qui peut entraîner des pertes financières et des usurpations d'identité. Nous recommandons donc particulièrement de lancer QuickScan avant de se connecter à un ordinateur public ou partagé."

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires