Le phénomène Apple

21/08/12 à 16:51 - Mise à jour à 16:51

Source: Trends-Tendances

Apple est un phénomène en Bourse, de part sa capitalisation record - 623 milliards de dollars -, exceptionnelle par la rapidité de sa croissance, ses perspectives à venir, et la valorisation comparée de ses concurrents.

Le phénomène Apple

© Reuters

623,52 milliards de dollars. C'est la valeur de l'entreprise Apple, sur la base du cours de son action, qui a clôturé lundi soir à 665,15 dollars. La firme de tous les records - qui était, on le rappelle, au bord de la faillite en 1996 - a encore frappé. Cette fois, elle a dépassé (sans tenir compte de l'inflation) la capitalisation atteinte par Microsoft en 1999, le tenant du titre de la plus grosse capitalisation de tous les temps aux Etats-Unis. En redressant les chiffres pour tenir compte de l'inflation, Microsoft -et IBM-, battent Apple. Mais qu'à cela ne tienne. La performance boursière d'Apple est exceptionnelle à plus d'un titre.

Le précédent record de Microsoft datait de la bulle

Il avait été établi le 27 décembre 1999, juste avant l'éclatement de la bulle internet début 2000. Les valorisations d'entreprises high-tech étaient alors disproportionnées. Microsoft pesait deux fois plus qu'Exxon. Aujourd'hui, Exxon, deuxième plus grosse capitalisation derrière Apple, vaut 405 milliards de dollars.

La croissance de la capitalisation est impressionnante

Ces deux dernières années, la valorisation d'Apple a quasiment triplé et gagné 400 milliards de dollars. Pendant ce temps, celle de Microsoft a augmenté de 30 milliards "seulement". En un an, la capitalisation d'Apple a doublé, prenant 330 milliards de dollars. Dans le même temps, celle de Google augmentait de 35% et de 60 milliards. Celle d'Intel de 18% et de moins de 20 milliards.

Apple dépasse de loin la valeur de ses pairs

L'entreprise vaut plus que Microsoft, Google et Intel réunis. Ou 2,7 fois IBM. Ou encore 3,5 fois la capitalisation de son rival Samsung. Soit plus de deux fois le PIB de la Grèce, presque l'équivalent de celui de la Suisse.

Cette performance fait suite à des résultats trimestriels jugés décevants

Il est rare de battre un record en Bourse après un trimestre décevant. Déception relative, puisque le chiffre d'affaires et le bénéfice s'inscrivaient en hausse de plus de 20% sur un an. Cela montre que la foi des investisseurs dans l'entreprise n'a pas de limite. Celle des consommateurs non plus, puisque c'est l'attente du nouvel iPhone 5 qui les aurait fait acheter moins d'iPhone 4S que prévu, décevant ainsi les prévisions des analystes pour le deuxième trimestre. A Apple, ces derniers pardonnent vite ! Ils sont actuellement surexcités à l'idée de découvrir l'iPhone 5 le 12 septembre. "Ce pourrait être la nouvelle version de produit la plus significative de l'histoire d'Apple", s'emballe un analyste de FBR Capital Markets interrogé par Bloomberg.

Jusqu'au billion de dollars?

Les investisseurs sont encore plus impatients de savoir si Apple va dévoiler un iPad Mini, voire une iTV. Si c'est le cas, l'action n'a pas fini de monter. L'iPad est leader toutes catégories des tablettes, de quoi propulser illico une version plus petite en haut des palmarès. Et pour ce qui est de la télévision, tout le monde attend celui qui réussira à concilier technologie, marketing et simplicité des usages pour créer LA télévision connectée. La plupart des analystes s'accordent à penser qu'Apple a la légitimité pour le faire.

Trends.be avec l'Expansion

En savoir plus sur:

Nos partenaires