Le China-Belgium Technology Center à Louvain-la-Neuve officiellement lancé

20/06/16 à 16:06 - Mise à jour à 16:05

Source: Belga

Le China-Belgium Technology Center (CBTC) a été officiellement lancé lundi matin à Louvain-la-Neuve. La première phase du chantier débutera en octobre 2016 et les premiers bâtiments sont attendus pour fin 2018.

Le China-Belgium Technology Center à Louvain-la-Neuve officiellement lancé

Le China-Belgium Technology Center, à Louvain-la-Neuve, se profile comme un vaste incubateur dédié au partage technologique. © pg

Le coût de ce centre d'affaires, dédié à l'accueil d'entreprises high-tech et comprenant plusieurs incubateurs, s'élève à 200 millions d'euros. United Investment Group (UIG), entreprise de la province de Hubei, est actionnaire majoritaire du CBTC (90%). Juxing International Technology Investment (Chine) détient les 10% restants.

"Ce centre est le projet chinois le plus important en Belgique", précise Zhang Minrong, la directrice d'UIG Europe. Il permettra aux entreprises chinoises d'accéder au marché européen. Dans l'autre sens, les sociétés belges et européennes pourront avoir une porte d'accès sur le marché chinois et nouer des partenariats technologiques.

"Ce résultat est le fruit d'une vingtaine de missions entre les deux pays sur une durée de sept ans, dont la dernière est la mission royale en Chine", précise Pascale Delcomminette, CEO de l'Awex. A terme, plus de 200 entreprises chinoises et européennes viendront s'installer sur ce terrain de 8,5 hectares, situé entre la N4 et l'E411 à Louvain-la-Neuve. Quelque 1.600 emplois devraient être créés: 40% pour les Chinois et 60% pour les Belges.

"Ce CBTC constitue un véritable pont entre la Chine et l'Europe, en plein coeur de la Wallonie", se réjouit Paul Magnette, ministre-président de la Wallonie. "Les secteurs au coeur du projet sont ceux considérés comme centraux pour le redéploiement de la Wallonie, à savoir la santé, la biotechnologie, le numérique et l'e-commerce".

L'UCL a également joué un rôle majeur dans l'arrivée des investisseurs chinois. "Nous avons des échanges avec une quarantaine d'universités chinoises, dont deux dans dans la ville de Wuhan, la capitale de la province de Hubei. Le China-Belgium Technology Center aura une influence sur la dynamique des chercheurs et intensifiera les échanges entre les étudiants belges et chinois. Cette rencontre entre les deux pays sera très enrichissante", explique Vincent Blondel, le recteur de l'UCL.

L'Intercommunale Brabant wallon (IBW) a déjà commencé les travaux de voiries et d'impétrants du China-Belgium Technology Center au début du mois de juin. La durée des travaux est estimée à huit ans.

Nos partenaires