Lait d'ânesse et beauté en ligne : une success story belge

23/08/10 à 11:02 - Mise à jour à 11:02

Source: Trends-Tendances

La vente de lait d'ânesse a doublé entre 2005 et 2010, Marie Tack et son mari, Olivier Denys, ont lancé l'Asinerie du Pays des Collines voici quelques années. Ils commercialisent du lait d'ânesse et des produits de soins via leur boutique en ligne.

Lait d'ânesse et beauté en ligne : une success story belge

Lisez davantage sur l'Asinerie du Pays des Collines et d'autres exemples de boutiques Internet belges en croissance le 16 septembre dans le magazine Trends-Tendances.

La Belgique compte déjà plus de 5.000 boutiques en ligne et la croissance n'est pas terminée. Pour certaines idées business originales mais qui ne peuvent être exploitées à grande échelle, l'Internet reste une piste de développement intéressante. C'est par ce biais que l'Asinerie du Pays des Collines, à Frasnes-lez-Buissenal (dans le triangle formé par Tournai, Ath et Renaix), vend du lait d'ânesse et des produits de soins corporels à base de ce même lait.

La vente de lait d'ânesse a doublé entre 2005 et 2010, passant de 4.000 à 8.000 litres par an. Guidée par sa passion pour les ânes, Marie Tack a déménagé voici plusieurs années avec son mari, Olivier Denys, pour lancer l'Asinerie du Pays des Collines et commercialiser du lait d'ânesse. "Ce type de lait est particulièrement bon pour notre organisme, argumente Marie Tack. Certains clients le donnent même à leurs bébés allergiques au lait de vache."

Convaincus que le lait d'ânesse est aussi excellent pour la peau, le couple a rapidement décidé de développer et vendre une ligne de produits de soins. La boutique en ligne était le canal idéal pour commercialiser les savons, gels douche, crèmes hydratantes et masques fabriqués à base de lait d'ânesse.

Olivier Denys a développé lui-même, avec l'aide de quelques livres pratiques, le premier site Web de l'Asinerie. En 2006, un site professionnel a vu le jour, avec un module d'achat en ligne. Ensuite, les changements dans le conditionnement des produits ont imposé une nouvelle adaptation du site. "Il faut changer le design de son site Web tous les deux à trois ans, estime Olivier Denys. Aujourd'hui, il devrait être encore plus flexible, de sorte que nous puissions le mettre à jour plus rapidement et le dynamiser au moyen de photos, d'annonces, etc."

A présent que le fils du couple, âgé de 20 ans, est entré dans l'entreprise, les médias sociaux jouent également un rôle. Il poste les photos des ânes nouveau-nés sur Facebook, compte créer des liens entre le site de l'Asinerie et les réseaux sociaux et lancer bientôt une newsletter.

Benny Debruyne

Nos partenaires