La start-up de l'année ? 1001 Belges

04/02/15 à 10:56 - Mise à jour à 10:56

La toute jeune entreprise 1001 Belges a remporté le prix de la Start-up de l'année. La société a développé un réseau mettant en relation les internautes partageant une même passion. Elle vise maintenant une expansion internationale.

La start-up de l'année ? 1001 Belges

L'équipe derrière 1001 Belges. © DR

La start-up "1001 Belges" a raflé ce lundi le prix de Startup de l'année, décerné lors des Awards organisés par le BetaGroup, la plus grande communauté tech en Belgique. C'est une belle récompense pour l'entreprise créée en 2013 et dont l'ascension est impressionnante. "Ce prix nous fait énormément plaisir ! Surtout que nous nous y attendions pas : le jury n'avait pas l'air très enthousiaste en découvrant notre projet, sourit Thierry Huart-Eeckhoudt, le créateur de l'entreprise. Nous sommes actuellement en pleine levée de fonds, autant dire que le prix tombe au bon moment !" Il ne s'agit pas d'une première, puisque la Start-up fut déjà récompensée l'année dernière comme "Best European Cross Media Format" au festival de La Rochelle.

1001 Belges met en relation des internautes qui partagent une passion, se rencontrent et mettent en place des ateliers. Pas moins de 750 ateliers sont ainsi mis en place chaque mois. "Ce sont principalement des ateliers de "Do it yourself" et de création, comme des cours de cuisine, précise Thierry Huart-Eeckhoudt. Nous sommes vraiment actifs dans ces secteurs pour lesquelles il n'existe pas vraiment d'offre. S' il est facile de trouver un lieu où faire du sport, c'est par contre plus compliqué de trouver des ateliers de création de bijoux par exemple." Le réseau est essentiellement féminin : il rassemble 80 % de femmes.

Sur la RTBF

La start-up doit en partie son succès à la RTBF. Depuis l'année passée, certains ateliers sont filmés et diffusés sur la chaîne publique. Un beau coup de pouce qui n'aurait sans doute jamais pu voir le jour sans l'audace de son créateur. "Quand nous avons proposé notre concept à la chaîne publique, le programmateur nous a annoncé que la RTBF n'avait plus de place pour diffuser un nouveau format court. Il nous a quand même laissé une chance car le concept lui plaisait. Pendant une importante réunion, rassemblant tous les directeurs de la RTBF, il nous a fait entrer et nous a laissé une minute pour présenter notre projet. Et cela a marché", se réjouit le jeune créateur.

Aujourd'hui, la première saison est terminée, mais une deuxième est déjà prévue. "Au début, on a commencé par des capsules de 6, 8, puis 13 minutes. Maintenant, on est dans un format de 26 minutes et ça marche vraiment bien."

Tellement bien que le projet s'exporte. La start-up a en effet signé des contrats de diffusion avec cinq pays et est en discussion avec une dizaine d'autres chaînes. "Le principe est le même, nous allons créer de nouveaux réseaux dans ces pays , et les chaînes retransmettront des ateliers qui fonctionnent bien". Après 1001 Belges, ce seront donc bientôt 1001 Français, 1001 Finlandais, 1001 Suédois et bien plus encore qui se réuniront pour partager leur passion.

Arnaud Martin (st.)

En savoir plus sur:

Nos partenaires