La pub sur WhatsApp, c'est pour bientôt. Et ça ira même plus loin

02/08/18 à 15:28 - Mise à jour à 15:28

Source: Trends-Tendances

WhatsApp, détenue par Facebook, sera bientôt monétisée. Ce que cela signifie concrètement ? La firme américaine va formuler une offre à destination des entreprises pour que celles-ci puissent contacter ses clients, ou diffuser des publicités.

La pub sur WhatsApp, c'est pour bientôt. Et ça ira même plus loin

© Getty Images

Vous l'avez certainement remarqué, les publicités ne sont (pas encore) présentes sur la messagerie instantanée WhatsApp, contrairement à ce qui se fait sur Messenger, Instagram, ou Snapchat.

Facebook, qui cherche des nouveaux modèles économiques pour maintenir sa croissance, va donc s'attaquer à sa filiale WhatsApp. Le plan: monétiser les services de l'application, comme l'explique Les Echos.

Le journal français rappelle les statistiques impressionnantes de WhatsApp : 1,5 milliard d'utilisateurs, et 60 milliards de messages échangés chaque jour.

"Néanmoins, une petite partie seulement de ces messages est échangée entre entreprises et particuliers. WhatsApp pensait depuis l'année dernière à une façon d'impliquer les sociétés", remarque Les Echos.

"C'est désormais chose faite, puisque les entreprises pourront solliciter des clients les ayant déjà contactées. C'est le cas, par exemple, lors d'un suivi de livraison ou d'envoi de carte d'embarquement".

Seule règle précisée par Facebook : les messages des entreprises directement envoyés aux clients ne pourront pas être promotionnels. Les utilisateurs de WhatsApp auront également la possibilité de bloquer une entreprise afin de ne plus recevoir de messages, précise Les Echos.

Comment WhatsApp y tirera profit ? Tout simplement en facturant aux entreprises les messages envoyés à leurs clients.

De la publicité aussi

Dans sa fonctionnalité "Status", WhatsApp compte également introduire de la publicité, comme c'est déjà le cas pour Instagram ou pour les stories Facebook.

Mark Zuckerberg a désormais le champ libre

"Mark Zuckerberg n'avait jusqu'à présent pas réussi à imposer ses vues aux deux cofondateurs de la messagerie, Jan Koum et Brian Acton", peut-on lire sur Les Echos.

Ces derniers étaient en effet contre l'instauration de la publicité sur leur application. Suite à ce désaccord avec les dirigeants de Facebook, ils ont fini par quitter le navire. "Grâce" à ce départ, Facebook a donc tout le loisir pour imposer ses vues. Et ça n'a pas traîné.

Nos partenaires