La "neutralité du Net" remporte une importante victoire aux USA

27/02/15 à 11:19 - Mise à jour à 11:18

Source: Belga

Le régulateur américain des télécommunications (FCC) a adopté jeudi une nouvelle réglementation qui empêchera l'émergence d'un internet à deux vitesses mais fait l'objet d'intenses polémiques dans le pays.

La "neutralité du Net" remporte une importante victoire aux USA

Tom Wheeler, président de la FCC. © Reuters

Les commissaires de la FCC ont adopté par trois voix contre deux ces règles, qui interdisent notamment aux fournisseurs d'accès à internet de ralentir ou bloquer certains contenus ou services en ligne légaux, ou encore d'accorder une connexion plus rapide à certains d'entre eux moyennant finances.

C'est une nouvelle tentative du régulateur pour garantir la "neutralité" d'internet, un principe qui fait polémique aux Etats-Unis comme dans d'autres pays et censé garantir un accès identique à la toile pour tous.

Une régulation précédente de la FCC avait été annulée il y a un an par la justice suite à un recours du poids lourd des télécoms Verizon, et le nouveau projet a lui aussi provoqué d'intenses débats politiques à Washington.

"Internet est l'outil ultime de la liberté d'expression"

"Internet est l'outil ultime de la liberté d'expression" et il "est trop important pour permettre aux fournisseurs d'accès à haut débit de fixer les règles", a encore fait valoir avant le vote jeudi le président de la FCC, Tom Wheeler.

L'un des deux commissaires qui se sont opposés au projet, Ajit Pai, a en revanche évoqué "un virage monumental vers un contrôle gouvernemental d'internet".

Sociétés VS opérateurs télécoms

Des services en ligne comme Netflix, Twitter ou Yelp ont soutenu les mesures, tandis que des fournisseurs d'accès comme AT&T, Verizon ou Comcast les ont jugées trop lourdes et ont menacé de nouveaux recours.

Le clivage s'est aussi manifesté entre les démocrates, à commencer par le président Barack Obama qui avait plaidé en novembre pour un "internet libre et ouvert", et les républicains qui pourraient utiliser leur majorité au Congrès pour tenter d'invalider les nouvelles règles.

En savoir plus sur:

Nos partenaires