Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

28/03/18 à 13:52 - Mise à jour à 13:52

La frustrante stratégie de YouTube

Les amateurs d'écoute musicale sur YouTube risquent bientôt de ne plus être très contents... Le leader mondial du streaming musical essaie de frustrer ses utilisateurs avec de plus en plus de publicités.

La frustrante stratégie de YouTube

© YouTube

Pour le moment, si vous travaillez chez vous ou au bureau par exemple et que vous voulez écouter ou visionner des clips musicaux gratuitement, il vous suffit d'aller sur le site de YouTube et c'est parti pour des heures de musique ininterrompue. Je n'ai hélas pas les chiffres pour la Belgique, mais en France, pays voisin et similaire, il semblerait que 86% des personnes utilisent YouTube pour écouter de la musique. J'imagine que les chiffres doivent être assez proches chez nous.

Vous avez donc compris la manoeuvre de YouTube. Ses dirigeants ont lancé une version payante de leur site qui s'appelle YouTube Red qui est disponible aux États-Unis pour l'équivalent de 8 euros par mois. Il s'agit en fait du même modèle d'abonnement que Spotify ou Deezer, sauf que YouTube Red n'est pas encore disponible partout dans le monde. Le Figaro rappelle qu'aujourd'hui il y a déjà des pubs de 6 secondes qu'il est impossible de zapper. Mais la direction de YouTube a décidé d'augmenter les publicités pour clairement frustrer une partie de son milliard d'utilisateurs et forcer ceux-ci à adopter le modèle payant qui est plus rentable pour YouTube, qui je le rappelle est une filiale de Google.

Partager

Aujourd'hui, les meilleures parties du Net ont été privatisées

En fait, You Tube essaie d'être gagnant sur les deux tableaux. Il y a ceux qui ne voudront pas payer 8 ou 9 euros par mois et qui accepteront de se farcir de la publicité à longueur de journée: c'est autant d'argent qui rentre dans les caisses de You Tube. Et puis, il y a ceux qui seront irrités par cette pub et qui voudront s'abonner au service payant YouTube Red. Bien entendu, mes confrères du Figaro ont raison de rappeler qu'il y a une troisième possibilité: quitter YouTube et aller sur des sites de streaming musical alternatifs et moins gourmands en publicité. Mais ce n'est pas simple, car les sites les plus populaires sont des sites qui pratiquent la même politique comme Spotify, Apple Music, Netflix ou Amazon.

L'enjeu pour YouTube est donc clair: comment inciter son milliard d'utilisateurs à se convertir à un modèle payant ? Ce n'est pas simple, car tous ces modèles demandent officiellement de petites sommes à payer chaque mois - Netflix moins de 10 euros, un autre 8 euros -, mais au final, sur un mois, ces petites sommes peuvent faire de gros dégâts en termes de pouvoir d'achat. Et pas sûr que l'utilisateur y gagne au final...

L'Internet d'il y a quelques années était entièrement gratuit. Aujourd'hui, les meilleures parties du Net ont été privatisées et pour écouter de la musique de qualité, il faudra de plus en plus passer à la caisse.

Nos partenaires