La course à l'espace entre Elon Musk et Jeff Bezos (vidéo)

25/11/15 à 14:02 - Mise à jour à 14:01

Source: Afp

La firme aérospatiale Blue Origin, fondée par le patron d'Amazon Jeff Bezos, a réussi pour la première fois à faire atterrir en douceur une fusée après un vol suborbital non-habité. Blue Origin dame ainsi le pion à son rival SpaceX d'Elon Musk, premier à avoir tenté en vain cette expérience et leader de la course privée à l'espace.

La course à l'espace entre Elon Musk et Jeff Bezos (vidéo)

© Capture d'écran YouTube/Blue Origin

Le lanceur réutilisable de Blue Origin, baptisé "New Shepard", a effectué lundi un vol d'essai suborbital à 101 kilomètres d'altitude. Le lanceur et sa capsule pressurisée, capable de transporter six personnes, ont pu ensuite revenir se poser séparément sans encombre à proximité du site de lancement de la société au Texas, dans le sud des Etats-Unis.

La fusée a rallumé son unique moteur à environ 1.500 mètres d'altitude pour freiner sa descente alors que sa vitesse atteignait 7.000 km/h. Le lanceur a pu ainsi venir se poser quasiment au même point d'où elle avait décollé.

"La pleine récupération du lanceur change la donne"

Parvenir à récupérer des lanceurs pour les réutiliser, surtout les plus lourds, est un objectif jugé prioritaire dans l'industrie aérospatiale et notamment par les opérateurs de satellites, afin de nettement réduire les coûts de lancement.

Airbus y travaille depuis 2010 et l'américain SpaceX a déjà effectué plusieurs tentatives infructueuses de récupération du premier étage de son lanceur Falcon 9 sur une barge flottante dans l'Atlantique. Elle a effectué ces essais après des lancements de sa capsule Dragon vers la Station spatiale internationale (ISS) pour des missions d'approvisionnement pour le compte de la Nasa.

"La pleine récupération du lanceur change la donne et nous sommes impatients de voler de nouveau", a déclaré Jeff Bezos.

Son concurrent Elon Musk, la patron de SpaceX, l'a félicité sur Twitter tout en minimisant l'importance de cette réussite. Il explique ainsi que le lanceur et la capsule de Blue Orgin volent seulement à une altitude suborbitale, ce qui rend moins compliqué le retour du lanceur au sol.

Mais avec cette première récupération d'une fusée, Blue Origin établit une nouvelle référence dans l'industrie émergente du tourisme spatial, jugent des analystes.

New Shepard et sa capsule pourront transporter six passagers pour des vols suborbitaux à la frontière de l'espace où ils pourront être quelques minutes en état d'apesanteur, flottant ainsi dans la cabine. Ces touristes pourront aussi admirer la courbure terrestre et l'obscurité de l'espace avant que la capsule ne redescende, freinée par trois grands parachutes.

Blue Origin n'a pas précisé mardi quand elle envisageait de commencer ses vols habités.

Milliardaires passionnés d'espace

Jeff Bezos et Elon Musk se sont déjà affrontés dans le passé sur le concept de réutilisation des lanceurs.

Blue Origin, basée à Kent dans l'Etat de Washington (nord-ouest), avait déposé un brevet sur l'idée de faire poser à la verticale un lanceur sur une plate-forme en mer. Mais SpaceX a réussi à le faire annuler plus tôt cette année après une action en justice.

Les deux milliardaires passionnés d'espace qui envisagent des missions habitées ambitieuses s'étaient également disputés l'exploitation d'un pas de tir historique de la Nasa au Kennedy Space Center en Floride. SpaceX l'a finalement remporté.

Dans le cadre de ses ambitions spatiales, M. Bezos avait annoncé en septembre un investissement de 200 millions de dollars pour développer et construire des lanceurs et capsules spatiales en Floride qui pourront être mises sur orbite. Les lancements auront lieu depuis le pas de tir numéro 36 à Cap Canaveral, proche du Kennedy Space Center. Celui-ci, d'où avaient été lancés les premiers engins spatiaux américains, n'était plus utilisé depuis plusieurs années.

Blue Origin a également formé une société conjointe avec les groupes aérospatiaux américains Boeing et Lockheed Martin pour développer un nouveau moteur de fusée qui sera destiné à des lanceurs de satellites pour la défense et la sécurité nationale. Aujourd'hui le lanceur le plus souvent utilisé pour ces missions sensibles est l'Atlas V, doté d'un moteur russe, ce qui n'est pas sans poser quelques problèmes étant donné la forte détérioration des relations entre les deux pays depuis le début de la crise en Ukraine.

Nos partenaires