L'assaut des tablettes low cost

13/09/12 à 10:40 - Mise à jour à 10:40

Source: Trends-Tendances

Les fabricants essayent de contrer la domination d'Apple sur le marché des tablettes. Amazon, Google et d'autres fabricants misent sur le "low cost" pour s'imposer.

L'assaut des tablettes low cost

Amazon vient d'annoncer la sortie d'un nouveau modèle de tablette. Le Kindle Fire HD sera commercialisé en Europe : en France d'abord, avant sans doute de débarquer bientôt en Belgique. C'est la première fois que le géant du commerce en ligne sort ses tablettes multimédias en-dehors du continent nord-américain. Le signe ne trompe pas : Amazon tente bien de casser l'hégémonie d'Apple sur le marché mondial des tablettes. Aux Etats-Unis, la firme de Jeff Bezos a plutôt réussi son coup : depuis le lancement de la première version du Kindle Fire, Amazon y revendique une solide deuxième place, avec 22 % de parts de marché.

Des tablettes vendues à perte ?

La stratégie d'Amazon est très différente de celle d'Apple. La marque à la pomme fait l'essentiel de ses profits sur les ventes de ses machines (iPhone, iPad, Mac...). A l'opposée, Amazon mise tout sur les ventes de contenu en ligne. " Nous voulons gagner de l'argent quand nos consommateurs utilisent nos appareils, pas quand ils les achètent ", a lâché Jeff Bezos, le CEO d'Amazon, lors du lancement de ses nouvelles tablettes. Cette déclaration confirme ce que de nombreux analystes avaient déjà décelé : Amazon ne gagne rien, voire perd de l'argent en vendant ses tablettes et ses liseuses. Le Kindle Fire est surtout une porte d'entrée vers le monde merveilleux d'Amazon : livres numériques, musique, films, solutions de stockage en ligne... Un monde accessible d'un clic, et relié à des millions de cartes de crédit dans le monde.

Amazon n'est pas le seul fabricant à tenter de couper l'herbe sous le pied d'Apple en jouant sur les prix. L'entreprise canadienne Kobo, détenue par Rakuten, leader du commerce en ligne au Japon, a également lancé sa tablette multimédia, le Kobo Arc. Vendu entre 199 et 249 dollars, il pourrait débarquer en France et en Belgique grâce au partenariat conclu entre Kobo et la Fnac. Le distributeur en profitera pour mettre en avant son catalogue de livres numériques, concurrent de celui d'Amazon. Et Kobo mettra certainement en valeur PriceMinister, le site français de vente de produits électroniques, racheté lui aussi par Rakuten. Récemment, Google a également lancé le Nexus 7, une tablette fabriquée par Asus, vendue en France 250 euros. L'objectif étant d'attirer un maximum de consommateurs dans l'environnement Android et sur toutes les applications Google (Maps, Gmail, moteur de recherche...), financées par la publicité.

D'autres plus petits acteurs tentent aussi d'attaquer ce segment low cost, comme Archos, Mpman ou eviGroup. Mais comme ces fabricants n'ont pas d'autres services à promotionner à l'instar d'Amazon, Google ou Kobo, difficile d'imaginer qu'ils puissent retirer un quelconque profit de la vente de ces tablettes à prix cassés.

Gilles Quoistiaux

En savoir plus sur:

Nos partenaires