L'appli 'révolutionnaire' de Booking.com fait un flop

26/09/16 à 15:25 - Mise à jour à 16:31

Le champion de la réservation d'hébergement en ligne, Booking.com, a tué son application Booking Now, destinée aux réservations de dernière minute. Elle n'attirait pas assez de monde. Même les applications sont mortelles.

L'appli 'révolutionnaire' de Booking.com fait un flop

© capture d'écran Booking.com

L'appli 'révolutionnaire' de Booking.com fait un flop

© DR

Lancée en fanfare en janvier 2015, l'application Booking Now devait révolutionner la réservation de dernière minute. Elle a semblé plutôt avoir fait un flop, car Booking.com l'a fermée discrètement le 31 août dernier. Elle n'aura pas tenu deux ans.Booking Now était destinée aux voyageurs qui souhaitent, en dernière minute, trouver un hôtel, avec une présentation simplifiée par rapport à l'application standard de Booking.com, reflet du site web, jugée plutôt touffue. Elle permettait au voyageur pressé de visualiser rapidement les hôtels des environs où il se trouvait avec des chambres libres, aux tarifs et aux caractéristiques qu'il avait préréglés dans l'appli, de réserver. Puis même de trouver le chemin pour y arriver. Elle devait répondre à la concurrence d'applis de réservation de dernière minute comme HotelTonight.

Pas assez utilisée

Cette application, plutôt efficace, n'a pas remporté le succès escompté. Elle n'était pas assez connue. "Une réservation sur trois s'effectue sur mobile, mais généralement les clients vont sur l'appli de base de Booking.com" reconnaissait Pepijn Rivers, chief marketing officer de Booking.com, lors d'une rencontre avec le presse en mai dernier à Amsterdam. "Nous utilisons Booking Now comme source pour améliorer l'application et le site web principaux" expliquait-il. Avec le recul, ces propos anticipaient la fin de l'application.

Même pour un géant comme Booking.com, qui propose 1,041 million d'établissements dans 226 pays, il n'est pas aisé de faire accepter à ses clients l'usage de plusieurs applications pour un même service. La place est comptée sur les écrans des smartphones.

En savoir plus sur:

Nos partenaires