L'Apple Watch ne fait (déjà) plus recette

27/05/15 à 14:12 - Mise à jour à 14:22

Source: Trends-Tendances

Les ventes de l'Apple Watch lancée en fanfare en avril ne seraient pas si importantes et seraient même en train de se réduire à peau de chagrin, selon une étude d'analystes.

L'Apple Watch ne fait (déjà) plus recette

Apple Watch © Reuters

Les pré-commandes pour l'Apple Watch, la tant attendue montre connectée de la société à la pomme, ont été lancées le 10 avril dernier, deux semaines avant sa commercialisation effective. Six heures après ce lancement en fanfare, l'objet tant convoité était déjà en rupture de stock.

Selon les calculs des analystes, aux USA, 1,5 million de commandes ont été passées le premier jour pour atteindre 2,5 millions d'unités 5 semaines plus tard, ce qui ferait d'Apple le nouveau leader du marché des montres intelligentes, devant les deux autres grands concurrents Samsung et Pebble, rapporte le site Express.be.

Pourtant, quelques semaines plus tard, l'engouement semble déjà se tarir pour ce nouveau gadget technolohique si on en croit les données publiées par Slice Intelligence, une société qui surveille les dépenses de consommation américaine en fonction des emails de confirmation de commande des sociétés d'e-commerce. La société a en effet calculé que 62% des Apple Watch vendues l'ont été au cours des heures qui ont suivi le lancement de la montre. Sur ces millions de commandes d'Apple Watch, la moitié a donc été réalisée le 10 avril, soit le premier jour où elle a été proposée en précommande aux États-Unis et dans huit autres pays, et principalement dans la première heure de sa mise en vente (86%). L'Apple Watch de luxe (Apple Watch Edition) proposée au prix de 11 000 dollars représente seulement un pour cent des pré-commandes.

L'Apple Watch ne fait (déjà) plus recette

© Slice intelligence

Trop tôt pour parler de fiasco

D'après Slice Intelligence, les chiffres de ventes se tarissent à vue d'oeil. A l'heure actuelle, la firme vend une moyenne de 30.000 exemplaires par jour. Ce qui n'est pas assez pour atteindre l'objectif de 36 millions d'unités qui devaient être écoulée dans le monde en une année. Selon Morgan Stanley, Apple devrait en écouler trois fois plus par jour. Le cabinet KGI a, de son côté, baissé ses prévisions de 20 à 30%. Il estime maintenant le potentiel de vente de l'Apple Watch entre 5 et 6 millions pour le troisième trimestre.

Peut-on dès lors entrevoir un échec d'Apple avec sa montre connectée ? Selon Express.be, il est encore un peu trop tôt pour le dire en avançant les arguments qu'il aura fallu deux ans pour qu'Apple parvienne au succès avec son iPod, et plusieurs mois pour certains modèles d'iPhone. En outre, l'Apple Watch n'est toujours pas exposée dans les Apple Store et il faut toujours 2 à 5 semaines avant de recevoir son exemplaire, un délai probablement bien trop long pour les consommateurs américains, habitués à l'immédiateté.

Laurence Allard est sociologue de l'innovation et ethnographe des usages des nouvelles technologies de l'information et de la communication, interviewée par le site Atlantico, elle commente le phénomène : "Les montres connectées visent un public de niche, et la chute des ventes, après les premiers jours, me semble cohérente car la demande est assez étroite. Le public, susceptible d'acheter ces produits, est sociologiquement caractérisé : il s'agit de fan qui achèteront tous les produits Apple, qu'ils y trouvent une utilité ou non. La fidélité de certains consommateurs, plus que l'utilité du produit, explique davantage ces ventes. D'autres types de montres connectées, sorties par exemple par Samsung, sont beaucoup moins utilisées et se vendent moins bien, car il n'y a pas le même public."

En savoir plus sur:

Nos partenaires