L'affaire Apple-FBI est close, pas le débat sur le cryptage

30/03/16 à 07:57 - Mise à jour à 07:57

Source: Afp

La fin abrupte du bras de fer judiciaire entre Apple et le FBI sur l'iPhone de l'un des auteurs de l'attentat de San Bernardino ne résout pas le débat sur le cryptage des appareils électroniques et l'accès à leur contenu par les forces de l'ordre.

L'affaire Apple-FBI est close, pas le débat sur le cryptage

© AFP/Jewel Samad

Le gouvernement américain a annoncé lundi avoir réussi à débloquer sans Apple, qui refusait de l'aider, l'iPhone qui appartenait à Syed Farook, responsable avec sa femme de la mort de 14 personnes en décembre dans cette ville de Californie.

On ne sait toutefois pas comment le FBI et le tiers non identifié qui lui a prêté assistance ont réussi à extraire les données du téléphone, ni si la technique peut être réutilisée sur d'autres modèles utilisant une version plus récente du système d'exploitation iOS.

"Il y a des bugs corrigés dans chaque nouvelle version d'iOS", souligne Joseph Hall, technologue en chef du Center for Democracy and Technology (CDT) de Washington, qui s'est rangé du côté d'Apple dans l'affaire.

Pour lui, la poursuite d'une autre procédure judiciaire devant un tribunal new-yorkais, concernant le déblocage d'un autre modèle d'iPhone, suggère que la méthode utilisée en Californie ne fonctionne pas dans toutes les situations. "Il semble que les nouveaux appareils ne sont peut-être pas vulnérables à cette technique", indique Joseph Hall.

Divulguer la méthode employée?

Certains défenseurs des libertés civiles disent que le FBI devrait dévoiler la méthode utilisée, parce qu'elle exploite probablement une faille susceptible d'affecter des dizaines de millions d'autres utilisateurs d'iPhone dans le monde, et qu'Apple pourrait ainsi la réparer si ce n'est pas déjà fait.

"Nous ne savons pas de manière certaine si c'est une vulnérabilité, parce que le FBI n'en a pas parlé", indique à l'AFP Andrew Crocker, un expert de l'Electronic Frontier Foundation qui soutenait aussi Apple. "C'est généralement mieux de divulguer les vulnérabilités, car nous courons tous des risques si elles ne sont pas réparées".

Pour lui, "puisque le FBI est déjà rentré dans l'iPhone (de San Bernardino), communiquer (la méthode employée) à Apple ne compromettrait pas leur position s'il s'agissait bien d'un seul téléphone, et pas de créer un précédent".

L'un des arguments avancés par Apple pour refuser d'aider les enquêteurs était justement de ne pas créer un précédent pouvant permettre à l'avenir aux forces de l'ordre d'accéder au contenu d'autres smartphones, pour des raisons bien plus étendues que la seule lutte contre le terrorisme.

Trêve temporaire

Aujourd'hui, Apple peut se vanter d'avoir résisté au gouvernement pour protéger les données privées de ses utilisateurs, indique Chris McClean, expert en sécurité des données chez Forrester Research.

"A moins que nous apprenions que cette entreprise (Cellebrite, la société israélienne qui selon des médias aurait aidé le FBI, NDLR) a découvert une faille de sécurité fondamentale dans iOS, cela ne ternit pas la marque d'Apple sur les questions de protection de la vie privée", estime-t-il.

L'expert informatique Jonathan Zdziarski souligne sur son blog qu'on ne sait pas si le FBI a connecté quelque chose à l'iPhone, une méthode qui serait peut-être difficile à réutiliser sur un modèle plus récent, ou utilisé un logiciel susceptible de fonctionner aussi avec d'autres appareils.

"Ce qui est certain, toutefois, c'est que la seule raison pour laquelle cela a été possible, c'est que Farook a choisi d'utiliser un niveau de sécurité faible sur son appareil iOS - à savoir un code numérique", écrit-il.

Dans tous les cas, la trêve dans la guerre du cryptage n'est que temporaire, "parce qu'à un moment, bientôt, il y aura un téléphone que le FBI ne peut pas débloquer - même avec l'aide d'une mystérieuse entreprise extérieure", prévient Benjamin Wittes, expert de la Brookings Institution, sur le blog juridique Lawfare.

Il relève que le débat a aussi lieu dans d'autres pays, comme la France, où des députés ont proposé de légiférer pour pénaliser les constructeurs de smartphones refusant de coopérer dans des enquêtes terroristes.

L'affaire de San Bernardino n'a selon lui permis de répondre à aucune des questions qu'elle a posées, qu'il s'agisse de savoir si les entreprises peuvent fabriquer des appareils inaccessibles même avec un mandat, ou être forcées légalement à aider les forces de l'ordre voulant accéder à un appareil crypté.

En savoir plus sur:

Nos partenaires