Internet : un e-G8 à la solde des entreprises ?

24/05/11 à 13:16 - Mise à jour à 13:16

Source: Trends-Tendances

Le président français, en ouvrant le "G8 de l'Internet" à Paris, jugée que le Web est devenu "un vecteur d'une puissance inédite" de la liberté d'expression. Problème : cette réunion au sommet a été "organisée et financée par des entreprises", dénoncent deux représentants des consommateurs.

Internet : un e-G8 à la solde des entreprises ?

© Reuters

e-G8 : Sarkozy salue un "vecteur" de la liberté d'expression...

Le président français a jugé mardi que l'Internet était devenu "un vecteur d'une puissance inédite" de la liberté d'expression, en citant son rôle dans les révolutions en Tunisie et en Egypte, tout en plaidant pour le respect d'un minimum de "valeurs" et de "règles" sur la Toile.

Nicolas Sarkozy s'exprimait en ouverture du G8 de l'Internet, réunissant les géants du secteur à Paris. Les débats de l'e-G8, qui durent jusqu'à mercredi soir, doivent alimenter le sommet du G8 de Deauville, jeudi et vendredi.

Selon le président français, "les peuples des pays arabes ont montré au monde que l'Internet n'appartenait pas aux Etats, l'opinion internationale a pu ainsi constater que l'Internet était devenu, pour la liberté d'expression, un vecteur d'une puissance inédite".

S'adressant toujours aux acteurs du secteur, il a enchaîné : "Ne laissez pas la révolution que vous avez lancée véhiculer le mal, sans entrave ni retenue." L'internet ne peut s'affranchir "de valeurs minimum, de règles minimum", selon Nicolas Sarkozy, qui assure actuellement la présidence du G8 et du G20, le forum des principales puissances économiques. "L'Internet est devenu l'échelle de crédibilité des démocraties ou l'échelle de honte des dictatures", a-t-il également fait valoir.

Cette première édition de l'e-G8 est "conçue pour offrir à chacun la possibilité d'aborder tous les sujets, l'idée est que chacun puisse apporter ses suggestions et ses idées pour avoir une discussion libre", avait résumé avant l'ouverture de la réunion Maurice Lévy, PDG de Publicis, dont l'agence a été choisie par la présidence française pour organiser l'événement.

... Tandis que le Beuc dénonce la "mauvaise pente" sur laquelle sont engagés les décideurs du G8

Le Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc) et Consumers International se sont, à l'inverse, dits "consternés d'apprendre que la réunion préparatoire des décideurs politiques du G8 dédiée à l'Internet sera organisée et financée par des entreprises". "L'absence totale de représentants des consommateurs et une participation qui est limitée à l'industrie, aux détenteurs de droits d'auteur et aux entreprises soulèvent de sérieuses inquiétudes sur ce forum", estiment les deux associations.

"Délibérer et décider à huis clos sur ces sujets numériques aussi fondamentaux nous conduit à douter de la méthode et de la légitimité, dénonce Helen McCallum, directrice générale de Consumers International, dans un communiqué. Quels intérêts sont représentés ? Les internautes et la société civile ont été relégués au rang de spectateurs alors que le big business de l'Internet est invité à en redistribuer les cartes. Toute l'attention sera portée sur un possible et subtil revirement de la possession de l'Internet, développement qui devrait tous nous intéresser."

"La pierre angulaire des problématiques numériques est, en ce moment même, définie aux niveaux nationaux, européens et internationaux, prolonge Monique Goyens, directrice générale du Beuc. Les intérêts des consommateurs doivent être au coeur des débats, et non pas en périphérie. Avec l'explosion des données électroniques personnelles collectées, conservées, achetées et vendues, les risques d'atteinte à la vie privée se multiplient. En effet, la notion même de vie privée est en train d'être redéfinie avec l'Internet. Ces questions très importantes doivent être traitées avec la plus grande attention, alors qu'ici, il semblerait que le G8 agisse comme représentant des seuls intérêts commerciaux."

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires