Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

10/02/16 à 15:48 - Mise à jour à 15:48

Google serait-il plus fort qu'Apple ?

Il y a quelques jours encore, la Bourse semblait le penser...

Google serait-il plus fort qu'Apple ?

© Reuters

En effet, alors qu'Apple est depuis quelque temps déjà la plus importante valeur cotée en Bourse au monde, Google lui a ravi ce titre en affichant une capitalisation boursière de 568 milliards de dollars, soit plus que les 539 milliards d'Apple. Bien entendu, ce classement peut changer, une capitalisation boursière dépend par définition du cours de bourse qui varie chaque jour.

En attendant, ce dépassement d'Apple par Google, ou plus précisément par sa maison mère Alphabet, est plus que symbolique. Il y a un an encore, la différence de valeur entre Google et Apple était de 330 milliards de dollars en faveur d'Apple. Et aujourd'hui, le challenger a détrôné le champion mondial.

En réalité, c'est d'abord Apple qui a vu son cours baisser ces derniers mois. Non pas qu'Apple va mal - que du contraire, c'est l'une des plus belles boîtes au monde et elle reste une machine à produire du cash comme aucune autre. Seulement voilà, les investisseurs s'inquiètent, car les ventes d'iPhone commencent à s'essouffler. Bref, il se vend encore énormément d'iPhone, mais le rythme faiblit doucement, mais sûrement. Or, l'iPhone représente les deux tiers du chiffre d'affaires d'Apple et l'écrasante majorité de ses profits.

Partager

Apple donne l'impression de creuser le même sillon depuis des lustres

Ce qui fait un peu peur aux investisseurs, c'est qu'ils ne voient pas quels pourraient être les autres relais de croissance pour justifier une hausse du cours de l'action Apple. L'iPad est en chute libre en terme de ventes. Quant à l'Apple Watch, ses ventes sont plus qu'honorables, mais elles sont loin de compenser la machine à cash des iPhone.

Par conséquent, face à un Apple dont le ciel s'assombrit lentement, Google donne l'impression de ne pas être dépendant d'un seul produit, mais de bien réussir sa diversification. Que ce soit sur le moteur de recherche, la vidéo, les emails ou la cartographie, Google s'affiche comme le champion incontesté. Et ses autres projets, que ce soit la voiture sans chauffeur ou sa volonté de combattre la mort grâce aux progrès de la biotechnologie, ce sont certes des projets qui ne rapportent pas d'argent, mais qui sont porteurs d'avenir.

À tort ou à raison, les investisseurs avantagent donc pour l'instant Google, qui leur donne l'impression de créer un écosystème complet dans le domaine de la high-tech, et ils pénalisent au contraire Apple, qui leur donne l'impression de creuser le même sillon depuis des lustres. Voilà pourquoi Google pèse aujourd'hui plus lourd qu'Apple. Mais en Bourse, la roue tourne et rien n'est jamais acquis !

En savoir plus sur:

Nos partenaires