Facebook: une nouvelle application pour vous géolocaliser à tout moment

06/02/13 à 10:24 - Mise à jour à 10:24

Source: Trends-Tendances

Le réseau social Facebook travaille sur une application mobile qui permettra de localiser ses membres à tout moment, même quand elle n'est pas ouverte en permanence sur un smartphone, annonce Bloomberg. Un moyen pour les annonceurs d'encore mieux cibler leurs publicités, mais qui ne plaira pas nécessairement aux utilisateurs de la plate-forme sociale traqués 24h/24.

Facebook: une nouvelle application pour vous géolocaliser à tout moment

© Belga

Attention, Facebook is watching you! Selon Bloomberg, le réseau social va lancer à la mi-mars une "tracking-app" qui permettra de vous localiser à tout moment et cela, même si l'application en question n'est pas ouverte sur votre smartphone.

Grâce à la fonctionnalité "places", il est déjà possible de mentionner le lieu à partir duquel on publie un statut sur Facebook, à la manière de "Radar" de Foursquare. Le réseau social veut maintenant aller encore plus loin dans la géolocalisation de ses utilisateurs. Facebook présente cette nouvelle application mobile comme un nouveau moyen facile de retrouver, à tout moment, ses amis sur une carte. Selon Bloomberg, elle est surtout une nouvelle parade pour le réseau social d'attirer les annonceurs grâce à la diffusion de publicités de plus en plus ciblées sur les habitudes quotidiennes de ses membres et les lieux qu'ils fréquentent. Cette nouvelle fonctionnalité ne plaira certainement pas à tous les inscrits au réseau social qui se sentiront traqués en permanence dans tous leurs déplacements et leur intimité. Les applications similaires déjà existantes comme Find My Friends d'Apple, Highlight ou encore Latitude de Google qui suivent 24 heures sur 24 les déplacements de leurs utilisateurs peinent à capter une large audience à cause justement de ces problèmes liés à la vie privée. Côté pratique, les utilisateurs se plaignent aussi que ces applications ouvertes en permanence déchargent plus rapidement la batterie d'un smartphone.

Pourtant, selon Bloomberg, Facebook aurait déjà reçu l'aval de la majorité de ses inscrits pour lancer une telle application. Cela signifie qu'aucune notification de Facebook n'apparaîtrait pour demander à l'utilisateur s'il est d'accord avec la nouvelle politique de géolocalisation, comme cela doit être le cas avec toutes les applications lancées sur l'Apple Store. La nouvelle application est prévue pour la mi-mars.

Lancer une telle application est un vrai challenge pour l'entreprise de Mark Zuckerberg qui compte désormais une majorité d'utilisateurs sur supports mobile. Soit près de 680 millions sur un total de 1,06 milliard, des connexions qu'il lui faut maintenant rentabiliser. Dernièrement, le PDG-fondateur du groupe a précisé la stratégie du réseau social: "Aujourd'hui c'est incontestable, Facebook est une entreprise mobile".

61% des utilisateurs américains ont déjà interrompu leur utilisation plusieurs semaines

Par ailleurs, une étude publiée mardi par le centre de recherche Pew avance qu'un peu plus de deux adultes américains utilisant internet sont membres de Facebook. L'étude avance également qu'environ 61% des utilisateurs américains de Facebook disent avoir, à un moment ou un autre dans le passé, interrompu leur fréquentation du site pour une période de plusieurs semaines.

Interrogés sur leurs motivations, 21% d'entre eux dit qu'ils étaient trop occupés. Parmi les autres raisons citées figure le fait d'être "fatigué des commentaires stupides", d'avoir des amis "cinglés", ou d'avoir eu des problèmes dans la vie amoureuse à cause du site. "Ces données montrent que les gens essayent de recalibrer leur vie pour y inclure de nouveaux outils sociaux", et "d'évaluer combien ils retirent de la connectivité par rapport au temps qu'ils y consacrent", a commenté l'un des auteurs de l'étude, Lee Rainie. Parmi ceux qui ne le sont pas, 20% disent avoir fait partie du réseau dans le passé mais l'avoir quitté, invoquant des raisons comme "j'en ai eu marre de m'intéresser aux affaires des autres" ou cela "prend trop de mon temps".

En savoir plus sur:

Nos partenaires