Facebook poursuit son offensive contre YouTube et Twitter

06/08/15 à 11:10 - Mise à jour à 11:10

Source: Belga

Facebook poursuit son offensive dans la vidéo avec le lancement mercredi d'un nouveau produit destiné aux célébrités, qui vont désormais pouvoir diffuser des images en direct sur le réseau social.

Facebook poursuit son offensive contre YouTube et Twitter

© Reuters

Cette initiative va mettre le groupe américain en concurrence avec des applications de diffusion de vidéo en direct sur internet depuis un smartphone comme Periscope, qui appartient au réseau social Twitter, ou Meerkat, mais aussi le positionner un peu plus comme un rival de YouTube, la filiale de vidéo de Google.

La nouvelle fonction, baptisée "Live" sera intégrée à l'application "Facebook Mentions", lancée l'été dernier et destinée spécifiquement aux célébrités du monde du sport, de la musique, du spectacle ou de la politique, détaille le réseau sur son blog officiel.

Les vidéos apparaîtront dans le film d'actualité des membres de Facebook qui suivent ces célébrités. Ils pourront aussi faire des commentaires en direct durant la diffusion, ou partager la vidéo avec leurs propres amis. La vidéo restera disponible sur la page Facebook de la célébrité après sa diffusion.

"Live est un moyen immersif et authentique d'être en contact avec les célébrités qui vous intéressent, en temps réel", souligne Facebook, faisant notamment miroiter entre autres des vidéos en direct de l'acteur Dwayne Johnson, de la joueuse de tennis Serena Williams, du footballeur Kaka ou de la femme d'affaires Martha Stewart, qui a construit un empire en donnant des conseils aux Américains sur la manière de décorer leur intérieur, faire la cuisine ou le jardinage.

Après la publicité sur appareils mobiles, la vidéo est le prochain domaine où les analystes voient de grandes opportunités de recettes pour Facebook.

Facebook avait aussi commencé à tester début juillet la possibilité de "suggérer" d'autres vidéos aux utilisateurs qui en avaient déjà regardé une, et avait indiqué vouloir par la suite proposer à certains éditeurs de vidéos de conserver une partie des recettes des publicités diffusées avec leur film, un partage de revenus existant déjà chez YouTube.

En savoir plus sur:

Nos partenaires