Facebook et Twitter peuvent-ils vraiment lutter contre les fausses infos ?

28/11/16 à 07:42 - Mise à jour à 07:42

Source: Trends-Tendances

Dans le sillage de l'élection de Donald Trump, les réseaux sociaux sont accusés de favoriser le partage de contre-vérités. Facebook et Twitter annoncent de nouvelles mesures de modération.

Quelques jours avant l'élection du nouveau président américain, un article est apparu sur Facebook : " Un agent du FBI enquêtant sur les e-mails d'Hillary retrouvé mort ". Ce tissu de mensonges, publié à l'origine par le Denver Guardian (un faux site reprenant le nom d'un journal qui n'existe pas), a été partagé plus de 560.000 fois sur Facebook. D'autres fausses informations ont circulé tout au long de la campagne américaine : " Le pape soutient Donald Trump ", " Hillary Clinton achète pour 137 millions de dollars d'armes illégales ", etc.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires