Comment Twitter va renforcer sa lutte contre les manipulations

27/06/18 à 09:59 - Mise à jour à 09:59

Source: Belga

Twitter a indiqué qu'il allait demander les adresses électroniques ou les numéros de téléphone pour confirmer les nouveaux comptes d'utilisateurs, une mesure supplémentaire pour lutter contre les activités malveillantes sur le réseau social.

Comment Twitter va renforcer sa lutte contre les manipulations

© BELGA IMAGE

"C'est un changement important pour se défendre contre les personnes qui tentent de tirer avantage de notre ouverture", ont écrit mardi dans un blog les responsables chargés de la confiance et de la sécurité de Twitter, Del Harvey et Yoel Roth.

Cette mesure sera mise en oeuvre au cours de l'année et Twitter a promis de s'assurer que ce changement ne porterait pas préjudice aux nouveaux utilisateurs. En début d'année, Twitter avait déjà renforcé sa lutte contre les "bots", des programmes informatiques qui envoient automatiquement des messages et qui sont largement incriminés dans la diffusion de la propagande, notamment politique, sur les réseaux sociaux.

Contrer les spams et les comptes automatiques

Ces nouvelles règles "bouchent la faille qu'ils ont exploitée", soulignent ces responsables qui affirment que Twitter a identifié en mai plus de 9,9 millions "de comptes automatiques ou en proie à des techniques de spam potentielles" par semaine.

"Nous sommes en train d'automatiser certains procédés quand nous détectons une activité suspecte, par exemple le fait de twitter dans de volumes particulièrement importants en utilisant le même 'hashtag', ou le même '@' (qui permet de mentionner un utilisateur, NDLR) sans aucune réponse en provenance du compte mentionné", ont ajouté Del Harvey et Yoel Roth.

Intelligence artificielle

Twitter utilise déjà des programmes issus de l'intelligence artificielle pour limiter l'influence des "bots", mais cette nouvelle approche vise à contrôler à la fois les modèles de comportement de certains utilisateurs et le contenu diffusé. Twitter a déjà reconnu que les "bots" étaient très présents sur le réseau et avaient servi à propager de fausses informations et des sujets clivants au moment de l'élection présidentielle américaine de 2016.

Nos partenaires