Ce que l'Apple iPad a vraiment dans le ventre

04/02/10 à 13:59 - Mise à jour à 13:59

Source: Trends-Tendances

Avec l'iPad, Apple brise les chaînes qui le liaient aux fabricants de processeurs et compte faire la différence en produisant sa propre puce. Un système multi-coeurs dont la conception repose sur la stratégie d'acquisitions et de participations d'Apple.

Ce que l'Apple iPad a vraiment dans le ventre

© Epa

A défaut d'être réellement "magique", l'iPad est bel et bien unique. Et pour comprendre ce qui distingue cette tablette des autres produits d'Apple, il faut chercher sous son capot: le microprocesseur A4.

C'est en effet la première fois de son histoire que le fabricant de la Silicon Valley conçoit son propre processeur au lieu de l'acheter, comme il l'a fait depuis 34 ans, auprès de spécialistes comme Motorola, IBM, Samsung et Intel.

Une stratégie qui a pris forme lorsqu'Apple rachète le fondeur PA Semi en avril 2008, pour la bagatelle de 278 millions de dollars. "L'équipe de PA Semi est reconnue mondialement pour son expertise dans la conception de puces multi-coeurs à très faible consommation. Une technologie qu'Apple compte décliner sur toute sa gamme d'appareils mobiles , iPod et iPhone, à commencer par l'iPad", explique Nathan Brookwood, analyste chez Insight64.

Les semi-conducteurs britanniques brillent dans l'iPad
Dans cette puce A4 fabriquée par Samsung, Apple a fusionné la dernière génération de "coeurs" du fabricant britannique ARM (Cortex A9), beaucoup moins gourmands en énergie que ceux d'Intel, avec les fonctions graphiques d'Imagination Technologies. Apple est l'un des principaux investisseurs, avec Intel, de cette société anglaise.

Bien plus qu'un simple processeur, l'A4 est un véritable ordinateur ou SoC (system on a chip, en anglais), qui intègre sur une même puce un processeur, une puce graphique, un moteur vidéo, etc. "Pour une première version, les résultats de l'A4 sont impressionnants, à la hauteur de puces concurrentes de Nvidia (Tegra 2) ou Qualcomm (Snapdragon)", souligne l'analyste Jon Peddie.

Un point de vue que réfute bien sûr le spécialiste des puces graphiques Nvidia, qui a montré au CES 2010 des tablettes PC équipées de son SoC Tegra 2, capables de visualiser du contenu en véritable haute-définition (1080p). "L'iPad ne gère pas la full HD à 1080p. Et même la vidéo HD 720p ne sera pas génial e car l'image devra être réduite pour respecter la faible résolution de l'écran (1024x768)", répond sur son blog Kevin Krevell, le responsable de la veille concurrentielle chez Nvidia.

Reste que pour Apple, l'A4 n'est que le début d'une longue série de puces qui trouveront place dans ses futurs iPad, mais aussi iPod et iPhone, et qui l'aideront à creuser l'écart avec l'avalanche de tablettes concurrentes attendues dans les prochains mois.

Jean-Baptiste Su, dans la Silicon Valley. L'Expansion.com

Nos partenaires