3 commandements pour sauver l'industrie musicale

09/06/10 à 17:01 - Mise à jour à 17:01

Source: Trends-Tendances

Le secteur du commerce de détail, soutenu par l'ensemble de l'industrie musicale, a pris "pour la première fois" une initiative destinée à défendre les intérêts du musicien. La chaîne de magasins Free Record Shop a lancé mercredi une charte baptisée "Respect pour le musicien". Objectif : dispenser la bonne parole sous la forme d'un triple message.

3 commandements pour sauver l'industrie musicale

© Thinkstock

1er commandement : la TVA sur les CD tu baisseras

La chaîne Free Record Shop commence son évangélisation par une demande au gouvernement : replacer la diminution de la TVA sur les CD à l'agenda politique. La présidence belge de l'Union européenne donne l'opportunité à la Belgique de jouer un rôle de pionnière en la matière, souligne-t-elle.

Car c'est une certitude pour elle : une baisse du prix du CD donnera lieu à une hausse des ventes de CD. "La baisse de la TVA de 21 % à 6 % semble pour le moins logique, puisque les livres, les places de concert, les tickets de cinéma bénéficient aussi de ce tarif TVA réduit", indique Free Record Shop dans un communiqué.

Et la chaîne d'appuyer cette affirmation par une étude de GFK selon laquelle, dans cinq Etats membres de l'Union européenne, "la baisse de la TVA a donné lieu à une augmentation de la vente de musique de 95 % à 160 %".

Cerise sur le gâteau, "grâce à la baisse du prix du CD, la diversité des productions musicales ne fera que croître. Des genres musicaux moins populaires ne seront plus condamnés du fait des moindres rentrées générées. De jeunes artistes débutants pourront eux aussi ajuster leurs perspectives, et espérer des revenus plus élevés avec, par conséquent, plus de chances sur le marché de la musique."

2e commandement : aux pirates tu t'attaqueras

Autre demande adressée au gouvernement : s'attaquer "de toute urgence" aux copies et téléchargements illégaux. En ne prenant pas de mesures adéquates à l'encontre de ces pratiques de piratage, "on entretient la perception que l'acquisition illégale de musique est tolérée, ce qui est néfaste pour l'avenir du secteur musical", déplore Free Record Shop. Or, "il est important de prendre conscience qu'on peut encore trouver une solution à ce problème".

Un exemple ? La loi suédoise, qui donne la possibilité de découvrir l'identité de ceux qui diffusent des fichiers illégaux, mise en place en avril 2009, a eu pour résultat, après une semaine, "la diminution de moitié du nombre de fichiers illégaux" ; après un an, "un tiers du groupe cible difficile des 15-24 ans est passé à des alternatives légales". En outre, la vente de CD "a augmenté de 10 % et le nombre de téléchargements légaux de 98 %".

3e commandement : le consommateur honnête tu remercieras

Le troisième volet comporte un message clair pour le consommateur : "Cette charte nous permet de remercier et de confirmer le consommateur qui achète de la musique de manière légale, conclut Free Record Shop. Cela doit être considéré comme une expression de respect et d'appréciation du travail du musicien. Cette charte se veut avant tout un message positif : la popularité de la musique n'a jamais été aussi grande qu'aujourd'hui. Faisons dès lors preuve de respect pour le musicien et assurons-lui ainsi un avenir !"

Trends.be

Nos partenaires