Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

14/11/11 à 10:26 - Mise à jour à 10:26

Groupon, un modèle voué à disparaître ?

Le vrai danger, ce n'est pas l'euro, c'est le secteur bancaire ! La Grèce n'est pas le problème : ce sont les CDS. Retenez bien ces 3 lettres.

Groupon, le fameux site Internet d'achats groupés, vient de faire son entrée en Bourse de New York. Ce site, inconnu voici trois ans encore, est aujourd'hui valorisé à 17 milliards de dollars. La réussite de l'introduction en Bourse de Groupon ouvre la voie à d'autres sociétés actives sur l'Internet, dont le fameux réseau social Facebook (qui pourrait être coté en 2012).

Gardons la tête calme et revenons en arrière quelques instants, cependant. Le fait que Groupon soit aujourd'hui valorisé à hauteur de 17 milliards de dollars en Bourse, est-ce nécessairement un signe que tout va bien pour cette société ?

Pour certains experts, Groupon est un modèle sans avenir à cause de la concurrence et du comportement des consommateurs. Pour être efficaces, les coupons de réduction offerts par Groupon, ou d'autres sites du même genre, doivent remplir plusieurs objectifs : le commerçant doit augmenter ses volumes même avec une marge faible ou négative ; sa notoriété doit augmenter grâce à Groupon ; il doit conquérir et surtout fidéliser une nouvelle clientèle en les attirant une première fois avec une forte réduction.

Voilà pour la théorie. En réalité, il y a tellement de sites Internet qui offrent des coupons de réduction qu'au final, le commerçant qui joue le jeu avec Groupon n'y gagne pas toujours. En tout cas, c'est l'avis d'un expert interrogé par le journal économique La Tribune.

Prenons le cas de la fidélisation : elle s'avère inexistante, car l'internaute - le consommateur, donc - profite des coupons mais n'est bien souvent pas intéressé de continuer ses achats au prix normal. Conclusion : les internautes sont opportunistes. En conséquence, les marges des commerçants sont souvent négatives, car le marchand doit à la fois réduire ses prix pour attirer les internautes et rémunérer l'intermédiaire, soit Groupon.

Voilà pourquoi certains experts nourrissent des doutes quant à la viabilité de ce modèle des coupons réduits sur le Net. C'est sans doute pourquoi des sociétés comme Google et Facebook ont arrêté leur expérience dans le domaine des coupons de réduction en ligne.

Tout cela n'explique toutefois pas pourquoi Groupon vaut aujourd'hui 17 milliards de dollars. Si vous avez une explication, partagez-la avec moi...

Nos partenaires