Grève TEC Liège-Verviers - Le recours au privé? "Une piste de réflexion à explorer"

29/11/13 à 20:48 - Mise à jour à 20:48

Source: Trends-Tendances

(Belga) Le recours au privé pour l'exploitation des réseaux de transport public en Wallonie est "une piste de réflexion" qu'il serait utile d'explorer, estime Axel Gautier, professeur à HEC, l'école de gestion de l'université de Liège, et auteur d'une récente étude sur les réseaux de transports en commun en France.

Alors que le réseau liégeois du TEC Liège-Verviers est paralysé par une grève spontanée depuis jeudi matin, l'administrateur général de la Société régionale wallonne du Transport (SRWT), Jean-Marc Vandenbroucke n'a pas caché sa colère à l'encontre des représentants syndicaux à l'origine du mouvement. Sans aller jusqu'à prôner une privatisation des transports en commun, M. Vandenbroucke s'est demandé si de tels mouvements sauvages pouvaient perdurer sans mettre en péril le service public. Face au constat "de l'incapacité de la régie publique à assurer la continuité du service public", Axel Gautier se dit favorable à l'ouverture d'une réflexion sur le meilleur moyen d'organiser le service public de transports en commun. "Dans cette réflexion, un recours plus important au privé me semble une option tout à fait intéressante", estime le professeur. "C'est une piste de réflexion, on ne parle pas d'un ovni. Cela se fait très largement dans d'autres pays, dont la France. La délégation au privé est une tendance lourde dans le secteur du transport urbain", souligne-t-il, tout en ajoutant que les grandes tendances indiquent que le recours privé s'avère moins coûteux que le monopole public. En cas de recours au privé, Axel Gautier souligne toutefois la nécessité de mettre en place une véritable concurrence, qui permette de faire baisser les coûts. "Le pire système serait un monopole privé". Le professeur liégeois souligne également l'importance d'une grande responsabilisation de l'éventuel opérateur privé, ce qui est davantage le cas dans un modèle de concession de blocs de lignes que dans le cadre d'un marché de services. Cette dernière forme de sous-traitance est utilisée par le groupe TEC quand il a recours à des "loueurs" pour l'exploitation d'une de ses lignes. (Belga)

Nos partenaires