Grève TEC Liège-Verviers - "Le mauvais climat social est dû à la direction"

29/11/13 à 15:59 - Mise à jour à 15:59

Source: Trends-Tendances

(Belga) La CGSP Tram-Bus-Metro juge inadmissible, en réaction aux déclarations de l'administrateur général de la SRWT, que ce dernier n'ait pas inclus la direction du TEC Liège-Verviers dans la responsabilité du mauvais climat social et de l'arrêt de travail qui, selon le syndicat, en a découlé.

Grève TEC Liège-Verviers - "Le mauvais climat social est dû à la direction"

L'administrateur général de la SRWT, Jean-Marc Vandenbroucke, n'a pas caché sa colère vis-à-vis des représentants syndicaux qui ont initié la grève sauvage au TEC Liège-Verviers, qui paralyse depuis jeudi les navetteurs de la région liégeoise. M. Vandenbroucke a ainsi estimé que "la position des organisations syndicales ouvre la voie à l'anarchie". Sans aller jusqu'à prôner une privatisation des transports en commun, il s'est également demandé si de tels mouvements sauvages pouvaient perdurer sans mettre en péril le service public. Le syndicat CGSP Tram-Bus-Metro déclare de son côté ne pas admettre que Jean-Marc Vandenbroucke "accable les organisations syndicales et en particulier la CGSP de ne pas respecter les règles". Le syndicat affirme s'être engagé, jeudi lors de la réunion de la sous-commission paritaire, à dénoncer la grève et à appeler les travailleurs du TEC Liège-Verviers à reprendre immédiatement le travail ainsi qu'à confirmer que les itinéraires de passage des véhicules du TEC sont du seul ressort de la direction. Parallèlement, les syndicats demandaient toutefois que la SRWT prévoie la programmation d'une réunion avec les membres de la sous-commission paritaire et tous les acteurs du dialogue social au TEC Liège-Verviers, "afin de cibler les dysfonctionnements de part et d'autre et de les corriger par des engagements clairs et fermes de toutes les parties". Afin de donner toutes les chances à cette réunion, le syndicat demandait également de suspendre jusqu'à l'issue de celle-ci les sanctions prises à l'égard des travailleurs qui n'avaient pas respecté les itinéraires prévus. Face au refus de la direction, "les organisations syndicales ne pouvaient donc donner un accord sur un texte imposé avec notamment un passage hors contexte visant l'indemnisation des grévistes", explique la CGSP. Tout en estimant que "les propos incendiaires" de l'administrateur général de la SRWT "n'ont évidemment pas favorisé la reprise du travail au TEC Liège", la CGSP se dit "soucieuse de retrouver rapidement un climat serein en impliquant tous les acteurs du dialogue social". La grève au TEC Liège-Verviers, qui s'est étendue vendredi à une grande partie du TEC Charleroi, devrait se poursuivre durant tout le week-end. (Belga)

Nos partenaires