Grèce: les fonctionnaires appellent à des grèves et manifestations

07/03/14 à 19:24 - Mise à jour à 19:24

Source: Trends-Tendances

(Belga) Le principal syndicat grec des fonctionnaires a appelé vendredi à une grève le 12 mars et à des manifestations pour protester contre les licenciements dans la fonction publique, réclamés par la troïka des créanciers (UE, BCE et FMI) actuellement à Athènes.

"Aucun licenciement", "Qu'on les arrête maintenant", "Ces politiques sont contre tous", a lancé l'Adedy dans un communiqué. Le syndicat appelle également à des manifestations le 19 mars. L'Adedy, qui a organisé des dizaines de grèves et manifestations depuis le début de la crise mais dont la mobilisation a marqué le pas ces derniers mois, proteste contre la poursuite des licenciements dans la fonction publique. Quelque 11.500 fonctionnaires doivent être licenciés d'ici la fin 2014, après la fusion ou la suppression prévue d'organismes publics, demandés par les créanciers du pays. Un projet de loi en ce sens doit être voté la semaine prochaine. Le gouvernement s'est également engagé à des embaucher de nouveaux agents en vue d'une administration "plus efficace". En 2013, la Grèce a été contrainte de procéder à 3.500 licenciements dans le public tandis qu'environ 20.000 agents ont été placés au chômage partiel, l'objectif étant d'arriver à 25.000 d'ici fin 2014. La restructuration du secteur public est l'une des épines des discussions qui ont actuellement lieu à Athènes entre les hauts représentants de la troïka et le gouvernement grec en vue du déblocage de la prochaine tranche des prêts au pays. Les créanciers ont réclamé la poursuite des licenciements en 2015, ce que le gouvernement grec refuse, selon l'Agence de presse grecque (Ana, semi-officielle). Selon l'Ana, le gouvernement refuse également de faciliter les licenciements collectifs dans le privé, la libéralisation sur plusieurs marchés, comme ceux du lait, des livres, des médicaments, réclamés par la troïka en vue de faire baisser les prix, comme l'avait préconisé l'OCDE en novembre. Les discussions ardues avec la troïka doivent continuer samedi avant le départ dimanche des hauts représentants et du ministre grec des Finances Yannis Stournaras pour un Eurogroupe lundi à Bruxelles. Malgré les différends avec ses créanciers, le gouvernement grec espère d'ici lundi "un rapport d'évaluation positive" de la troïka sur les réformes déjà réalisées et la stabilisation de l'économie. (Belga)

Nos partenaires