Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

30/05/11 à 12:28 - Mise à jour à 12:28

Google qui rit, Nokia qui pleure

Quand Google rit, Nokia pleure. Voilà, en gros, le résumé de ce premier trimestre 2011 dans le secteur de la téléphonie mobile.

Sur les 100 millions de smartphones vendus de par le monde au cours des 3 premiers mois de l'année, Android, le système d'exploitation développé par Google est aujourd'hui largement dominant ! Sa part de marché est maintenant de 36% contre seulement 10 %, il y a, à peine un an !

La raison du succès d'Android est simple : ce système d'exploitation est gratuit - comme dans la philosophie de tout ce que fait Google - et en conséquence de quoi, la plupart des fabricants comme Samsung, HTC, Motorola ou Sony Ericsson l'ont adopté. C'est ce qui fait dire à certains analystes que d'ici peu, la moitié des "smartphones" disponibles dans le monde tourneront avec Android - et l'autre conséquence de cette croissance, c'est que d'ici la fin de l'année, il y aura sans doute davantage d'applications disponibles sur la boutique en ligne d'Android que sur celle du rival Apple !

Evidemment si quelqu'un progresse, c'est souvent au détriment de quelqu'un d'autre. Si Android, c'est au détriment de Symbian, le système d'exploitation de Nokia, qui est d'ailleurs en voie d'être abandonné par Nokia au profit de la solution de Microsoft avec lequel Nokia s'est associé pour enrayer son déclin. En attendant de proposer cette nouvelle solution au marché, certains font le pari que Nokia va pratiquer des prix très agressifs pour uniquement maintenir sa part de marché.

Pendant ce temps, l'autre grand vainqueur à côté de Google, c'est bien sûr Apple - non seulement, Apple a vendu sur ce premier trimestre quasi 17 millions d'iPhone, soit deux fois plus qu'il y a un an, mais en plus Apple a pu le faire en augmentant le prix moyen de ses appareils ! En réalité, ce que vend Apple, c'est plus que des appareils. D'abord un écosystème - que ce soit via l'iPod ou via l'iPhone, une fois que vous avez goûté à la plate-forme Apple, tout est fait pour vous rendre dépendant de cette plate-forme ou si vous préférez de cet écosystème - et donc sans le savoir, les clients d'Apple mais aussi de Google sont en quelque sorte les prisonniers consentants d'un écosystème qui leur convient, mais qui les freine d'aller voir ailleurs. C'est ce qu'on appelle le principe des menottes dorées.

Nos partenaires