Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

18/08/11 à 10:02 - Mise à jour à 10:02

Google gourmand de Motorola

Ce n'est pas tous les jours qu'une entreprise met sur la table 12,5 milliards de dollars, soit 8,6 milliards d'euros pour en racheter une autre. C'est pourtant ce que vient de faire Google en rachetant Motorola, le 8ème fabricant mondial de téléphones mobiles.

Non seulement Google a payé cash son acquisition, mais en plus il s'est permis de la payer avec une prime de 63% par rapport au dernier cours de l'action Motorola. C'est donc dire si Google avait vraiment envie de cet achat, il pouvait d'ailleurs se le permettre car Google dispose de 39 milliards de dollars en liquidités !

En revanche, ce qui est étonnant, c'est que jusqu'à présent Google avait surtout acheté des entreprises de services, comme une régie publicitaire en ligne ou encore YouTube, mais jamais Google n'avait encore mis la main sur une entreprise d'équipement comme c'est le cas aujourd'hui avec Motorola.

En s'emparant de Motorola, Google met surtout la main sur un portefeuille de brevets, dont 15.200 pour les seuls téléphones mobiles. C'est important car dans la téléphonie mobile, l'enjeu de la propriété intellectuelle est crucial, c'est même le nerf de la guerre. En posséder le plus possible permet de se prémunir contre d'éventuels procès mais aussi de protéger ses innovations.

De plus, souvenez-vous, Google n'a jamais réussi à fabriquer un terminal. Son premier mobile, le NexusOne, a été un échec ! Et pourtant, Google sait que pour gagner face à Apple, il a besoin de maîtriser les terminaux. C'est ce qu'il essaie donc de faire en rachetant Motorola, une marque forte dont les laboratoires sont pleins d'ingénieurs de talent.

L'une des inconnues liées à ce rachat, c'est la position que vont adopter des fabricants de téléphones mobiles comme le sud-coréen Samsung ou le taïwanais HTC. En effet, ces fabricants utilisent Android, le fameux système d'exploitation gratuit de Google. Ils peuvent dès lors se demander légitimement si Google ne va pas avantager Motorola au détriment des autres fabricants. Les dirigeants de Google jurent évidemment que non mais personne ne les croit pour le moment. Samsung et HTV pourraient donc se demander si le choix d'Android est encore judicieux ou s'il ne faut pas rejoindre la coalition formée par Microsoft et Nokia ? Bref, ce rachat colossal suscite pas mal d'interrogations.

Nos partenaires