Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

11/09/13 à 11:15 - Mise à jour à 11:14

Globalement, les Belges sont riches mais avec un Etat pauvre

Les Belges ont une brique dans le ventre et généralement, c'est perçu comme une bonne chose. Sauf si vous êtes économiste...

C'est un peu le constat établi par Julien Manceaux, économiste chez ING qui rapporte que le Belge est sans doute trop investi en immobilier puisque selon sa dernière étude 60% du patrimoine des Belges est investi dans la brique !

C'est beaucoup plus qu'il y a 20 ans, à l'époque, l'immobilier ne représentait que 40% du patrimoine de nos concitoyens.

Bien entendu, pour ING cette présence de l'immobilier est aussi positive dans le sens qu'elle a l'avantage de rendre la Belgique plus égalitaire que d'autres pays, d'autant que 75% des Belges sont propriétaires et que donc ce patrimoine immobilier est mieux réparti que le patrimoine financier !

Mais avec une aussi grosse partie de son patrimoine investi dans la brique, que se passera-t-il en cas de chute des prix de l'immobilier ? D'autant que cet économiste d'ING prévoit une stabilisation, voire une baisse des prix entre 2015 et 2017, et cela notamment en raison de la hausse des taux d'intérêt à long terme. En résumé, si ce scénario de baisse des prix se vérifie, c'est donc un risque pour les ménages qui sont surpondérés en immobilier.

Toujours dans le cadre de son raisonnement, cet économiste plaide pour un rééquilibrage vers des produits financiers car autant les produits financiers sont liquides, autant "si tous les belges devaient vendre leur maison en même temps, l'immobilier ne vaudrait plus rien" a-t-il dit à nos confrères de l'Echo.

Bien entendu, les gens du secteur ne sont pas d'accord avec ce genre d'analyse. Tout d'abord, parce qu'ils pensent qu'elle est théorique, voire même suspecte venant d'un économiste bancaire qui est supposé plaider pour sa chapelle, donc pour des produits financiers. De plus, je pense qu'un tel procès d'intention est inutile et injuste car c'est vrai que l'immobilier est rassurant en période de crise, et donc, il a sans doute encore de beaux jours devant lui. Mais c'est vrai également qu'il ne peut pas être, à lui seul, la solution patrimoniale à cette crise.

L'autre intérêt de cette étude d'ING, c'est qu'elle montre que les Belges disposaient au 1er trimestre 2013 d'un patrimoine financier net, donc hors dettes, de 830 milliards d'euros. Ce qui prouve qu'en termes absolus les Belges n'ont jamais été aussi riches. Et autre fait intéressant à noter : c'est plus de deux fois le montant total de notre dette publique ! Au fond, c'est étonnant, mais c'est la réalité des chiffres, les Belges restent globalement riches, je dis bien globalement, mais avec un Etat pauvre.

Nos partenaires