Fortis - Ageas ne veut pas crier victoire

20/02/13 à 16:05 - Mise à jour à 16:05

Source: Trends-Tendances

(Belga) Le parquet de Bruxelles n'a pas demandé le renvoi en correctionnelle d'Ageas dans le dossier Fortis mais l'assureur ne veut pas crier pour autant victoire. "Ce n'est que la première étape dans l'une des différentes procédures qui sont en cours", a nuancé Kurt De Schepper, chief risk officer à Ageas, en marge de la présentation des résultats annuels. Tous les soucis ne sont donc pas encore écartés pour Ageas.

Fortis - Ageas ne veut pas crier victoire

Ageas a qualifié toutefois la décision du parquet de "fait positif". "Nous nous montrons prudents et verrons ce que la procédure réservera", a précisé M. De Schepper. Le parquet a demandé le renvoi de sept anciens administrateurs de Fortis. Certains avaient conclu une clause avec leur employeur visant à couvrir d'éventuels futurs frais juridiques et conséquences financières de leurs actes de l'époque. De cette façon, Ageas risque de devoir encore payer pour les erreurs présumées de ses anciens administrateurs. Il est encore beaucoup trop tôt pour évaluer l'impact, estime donc Ageas. "En cas de condamnation, il y aura lieu d'examiner dans quelle mesure la clause peut être évoquée. Nous allons en tout cas faire le maximum pour nous protéger ainsi que nos partenaires", a précisé mercredi Ageas. L'héritage de Fortis pèsera encore un certain temps sur Ageas. Des procédures civiles ont été lancées en Belgique et aux Pays-Bas. Ageas s'attend les prochains mois à en savoir davantage sur la procédure lancée par la FSMA pour non-respect des obligations de communication de Fortis en tant que société cotée en Bourse. "Mais nous avons déjà été sanctionnés aux Pays-Bas et ne pouvons dès lors être condamnés deux fois pour les mêmes faits", a déclaré le chief risk officer. (PVO)

Nos partenaires