Ford Genk : La Febiac évoque "un jour noir pour le secteur automobile en Belgique"

24/10/12 à 14:45 - Mise à jour à 14:45

Source: Trends-Tendances

(Belga) La fédération belge de l'Automobile et du Cycle, Febiac, dépeint mercredi l'annonce de la fermeture de Ford Genk comme "une nouvelle douloureuse et un coup dur pour la politique industrielle dans notre pays". "Ce mercredi est un jour noir pour le secteur automobile en Belgique et pour Ford en particulier", regrette-t-elle dans un communiqué.

Ford Genk : La Febiac évoque "un jour noir pour le secteur automobile en Belgique"

La Febiac, qui exprime son soutien aux milliers de travailleurs touchés par cette fermeture, affirme que de nombreuses éléments ont joué un rôle dans la décision comme "la situation financière de Ford, la récession en Europe avec les chutes des ventes et les surcapacités structurelles de production". Mais pour la fédération, comme pour la FEB, Agoria et le VOKA, la Belgique subit également "les désavantages de son petit marché et de ses coûts énergétiques et salariaux élevés", et ce malgré les "nombreux efforts qui sont effectués de part et d'autre sur le plan des coûts salariaux". "La demande fluctuante du marché de l'automobile exige des efforts permanents sur le plan de la flexibilité. De plus, nonobstant les nombreux et réels efforts qui ont été effectués par les autorités dans le support de Ford Genk et de l'assemblage automobile en général, notre pays montre trop peu d'intérêt positif pour le produit automobile", ajoute la Febiac. Pour la fédération, il y a de surcroît en Belgique une importante sous-évaluation des formations et des métiers techniques. "Le secteur de la distribution automobile (et des garages) dans notre pays est urgemment à la recherche de main-d'oeuvre technique expérimentée. Espérons que cette voie pourra constituer une issue pour une partie des personnes concernées par les pertes d'emplois auprès de Ford Genk et de ses sous-traitants", conclut la Febiac. (PVO)

Nos partenaires