Filière voie Infrabel - La CSC-Transcom souhaite aller au bout de la conciliation

17/06/13 à 14:10 - Mise à jour à 14:10

Source: Trends-Tendances

(Belga) La CSC-Transcom souhaite aller au bout du processus de conciliation avant de mener d'éventuelles actions, dans le dossier de la valorisation de la filière voie de l'infrastructure, a-t-elle indiqué lundi.

Filière voie Infrabel - La CSC-Transcom souhaite aller au bout de la conciliation

La CGSP-Cheminots a annoncé samedi, en réaction à l'impasse dans laquelle se trouvent les discussions entre les syndicats et la direction d'Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire, qu'elle "couvrira tous les arrêts de travail qui seront menés par le personnel Infrabel de la Direction Infrastructure le jeudi 27 juin 2013 entre 10h00 et 12h00". Ces actions auront des répercussions sur le trafic ferroviaire. Tout comme son homologue socialiste, la CSC-Transcom juge "largement insuffisantes" les propositions avancées par la direction lors d'une réunion de conciliation, le 29 mai dernier. Mais, souligne le syndicat chrétien, une nouvelle conciliation avait été programmée le 12 juin, "à l'issue de laquelle Infrabel s'est engagé à revoir à la hausse ses propositions et à définir avec précision, l'enveloppe budgétaire qui sera dévolue à nos revendications." Soulignant le fait que la processus de conciliation est toujours en cours, la CSC-Transcom déclare vouloir "aller au bout de ce processus" avant de mener d'éventuelles actions. "Des nouvelles propositions patronales étaient donc prévues avant le dépôt du préavis de grève par la CGSP", précise encore la CSC-Transcom. Le syndicat ne se montre toutefois guère optimiste. "Bien que les revendications pour les agents de la voie soient tout à fait justifiées de par la pénibilité du métier et de son évolution, la réponse patronale ne sera jamais à la hauteur de la considération qu'ils méritent et que nous revendiquons. Les discussions ne peuvent, dès lors, pas être définies comme 'très constructives', contrairement à ce que tente de laisser croire Infrabel. A chacun alors de prendre et d'assumer ses responsabilités à la fin du processus", conclut la CSC-Transcom. (Belga)

Nos partenaires